Actualités


Actualité

Le Sunny Side of the Doc

Le bonheur des hôteliers marseillais

Du 15 au 22 juin se déroule à Marseille Le Sunny Side of the Doc, grand marché international du film documentaire, qui attire plus de 1.500 participants venant de 35 pays. Cette manifestation, lancée il y a sept ans par quelques enthousiastes, malgré le scepticisme ambiant, est désormais celle qui a le plus de retombées positives pour l'hôtellerie marseillaise...

Lancé en 1990, le Sunny Side of the Doc est un marché professionnel international mettant en contact concepteurs, producteurs et acheteurs de films documentaires. De 600 participants la première année, il est passé à 1.600 pour cette huitième édition, dont, selon les organisateurs, environ 1.300 sont extérieurs à la région Paca. Ils représentent 530 sociétés venant de 35 pays (européens en majorité) et 117 acheteurs de programmes de plus de dix chaînes de télévision qui exposent et se rencontrent au Palais du Pharo.

Objectif du Sunny Side : aider à la promotion et à la commercialisation des programmes et des films, ainsi qu'au développement des projets des producteurs indépendants en créant des synergies et en offrant un lieu de rencontres (forums, petits déjeuners d'information...) et d'affaires (stands). Sunny Side édite également un catalogue international des créations de l'année (450 programmes) et un catalogue projets.

Ce marché professionnel est par ailleurs couplé toute la semaine à un festival grand public : 80 documentaires différents, une centaine de projections, une compétition internationale, plusieurs autres prix, des stages, des ateliers de coproduction... Vue sur les Docs attire 18.000 spectateurs, locaux en très grande majorité, mais également nationaux.

3,3 MF pour l'hôtellerie

Au total, les organisateurs évaluent les retombées économiques de ces deux événements à près de 16 MF dont plus de trois pour l'hôtellerie et près de un pour la restauration (voir encadré).

Le Sunny Side of the Doc est allé crescendo au fil des ans. «C'est aujourd'hui la manifestation qui, dans l'année, fait le plus travailler l'hôtellerie intra-muros, car depuis le début, elle se déroule en centre-ville", estime Dominique Gaffajoli, président délégué des hôteliers indépendants des Bouches-du-Rhône et patron de l'Hôtel de Rome et Saint-Pierre, un 3 étoiles traditionnel, situé sur le cours Saint-Louis, à proximité de la Canebière. Et cet inconditionnel du Sunny Side, d'ajouter : "Grâce à ce marché international, mon hôtel (50 chambres) est plein toute la semaine et devient une vraie tour de Babel : on y parle toutes les langues. Quand je pense que personne n'y croyait au départ ! Et qu'il est encore méconnu dans sa ville !"

Les organisateurs du Sunny Side et de Vue sur les Docs ont confié cette année la gestion de l'hébergement des participants à MCO, une agence marseillaise d'organisation d'événements et de congrès qui travaille avec une quinzaine d'établissements 2 et 3 étoiles. MCO touche 50 F par dossier de la part des organisateurs, auxquels s'ajoute une petite commission versée par les hôteliers.

Selon Dario Mougel, directeur, cette double manifestation génère de l'ordre de 4.000 nuitées, dont la moitié passe par son intermédiaire, l'autre moitié étant négociée en direct par les visiteurs avec les hôteliers chez qui ils reviennent d'une année sur l'autre.

"Les gens restent au moins trois ou quatre nuits et comme la manifestation se termine un samedi, environ 20% en profitent pour rester une journée ou deux de plus à Marseille, afin de visiter les environs", estime-t-il, en confirmant que le Sunny Side est de loin le congrès le plus important de la ville. Les organisateurs avancent, eux, un chiffre total de 6.500 nuitées.

Pour nourrir toutes ses bouches, le restaurant du Pharo a installé ses tables sur la terrasse qui domine merveilleusement la rade du Vieux Port. Et a confié ses fourneaux au chef des Arcenaulx. L'établissement des soeurs Laffitte assure toute la semaine, avec l'aide d'une vingtaine d'extras, un service de plus de 150 couverts par jour à midi. "Mais nous ne pouvons de loin pas satisfaire tout le monde, souligne Simone Laffitte, la majorité des participants vont manger dans les restaurants des environs. Le soir, le Pharo est fermé et ils vont donc tous dîner en ville aussi..."

L. Casagrande

SUNNY SIDE EN CHIFFRES

* Budget total des deux manifestations : de l'ordre de 11 MF, dont 7,5 pour le marché professionnel.

* Part du financement public :

- Apport de la ville : subvention de 1,1 MF pour le festival. Mise à disposition gratuite du Palais du Pharo à disposition du Sunny Side.

- Conseil général plus Conseil régional : 1 MF

- Europe : 1,4 MF

* Retombées économiques cumulées (chiffres des organisateurs) :

Fabrication ; 9,6 MF

Hôtellerie : 3,3 MF

Restauration : 0,72 MF

Transports : 0,5 MF

Evénements : 0,4 MF

82% des participants (moitié Français, moitié étrangers) logent dans les hôtels de l'hyper-centre.

- 8% des participants arrivent deux jours avant l'ouverture

- 29,8% arrivent la veille

- 19,8% restent une à trois journées supplémentaires après la clôture de la manifestation.



L'HÔTELLERIE n° 2514 Hebdo 12 juin 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration