×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Annulations en cascade, le secteur une nouvelle fois impacté par le contexte sanitaire

Vie professionnelle - mardi 7 décembre 2021 14:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Décembre est le mois traditionnel des repas de fin d'année. Mais avec la reprise épidémique et l'inquiétude liée au variant Omicron, le secteur est de nouveau directement impacté par les annonces gouvernementales. Si les traiteurs sont en première ligne, la restauration et l'hôtellerie craignent pour leur fin d'année.



65 % des professionnels constatent des annulations pour les semaines à venir, selon un sondage effectué par l'Umih le 30 novembre.
© GettyImages
65 % des professionnels constatent des annulations pour les semaines à venir, selon un sondage effectué par l'Umih le 30 novembre.

Avec l’inquiétude du nouveau variant et au fil des annonces gouvernementales, le secteur des CHR enregistre des annulations en cascade. Repas d’entreprises de fin d’année, rassemblements d’associations ou congrès, en deux semaines, le secteur des CHR a enregistré un nombre conséquent d’annulations. Ainsi, 65 % des professionnels constatent des annulations pour les semaines à venir, un tiers des établissements estime une baisse de 50 % de leur chiffre d’affaires sur la même période par rapport à 2019 (sondage effectué par l’Umih le 30 novembre).

En ce mois de décembre, crucial pour leur activité, les traiteurs sont touchés de plein fouet. “Tout ce qui est regroupements de personnes, que ce soit pour le business ou les loisirs, est annulé, constate Rémy Guérinot, représentant de la branche traiteur pour l’Umih 85. Depuis deux semaines, nous subissons directement les conséquences des annonces gouvernementales. Les congrès, réceptions, rassemblement d’associations, commandes des municipalités, tout est annulé.” Pour sa part, il estime déjà à 60 000 € la perte sur son chiffre d’affaires pour le mois de décembre. Dans le Vaucluse, même constat : Christian Brunet, lui aussi traiteur, a vu un repas de 600 couverts pour les seniors être annulé par la municipalité du jour au lendemain.

Bien que moins impactée, la restauration traditionnelle sent aussi un frein sur les réservations concernant les repas d’entreprises de fin d’année. “Rien que dans mon restaurant, j’ai déjà enregistré trois annulations de groupes”, constate Jean-Pierre Ghiribelli, président de l’Umih Paca. “Certaines entreprises recommandent à leurs salariés de ne pas aller au restaurant de peur qu’ils se contaminent”, poursuit Patrice Mounier, président de l’Umih 84. À cela s’ajoute désormais l’incitation au télétravail qui engendre un ralentissement d’activité pour les établissements situés dans les quartiers de bureaux.

En réponse au sondage réalisé par l’Umih, 75 % des établissements déclarent enregistrer une baisse de chiffres d’affaires, et ce, dans toutes les régions de France. “C’est très compliqué pour les hôteliers qui n’ont pas eu les mêmes mesures que la restauration, rappelle Patrice Mounier. Dans le Vaucluse, les établissements ruraux subissent de plein fouet ce climat anxiogène. La fréquentation est déjà très calme et le peu de réservations qu’il y a sont annulées. Certains hôtels ont fermé le week-end dernier faute de clients, c’est du jamais vu en décembre. D’autres projettent de fermer en janvier et février, en attendant que ça passe.”

Les professionnels de la montagne s’inquiètent eux des modifications des conditions de validité du pass sanitaire, et les restrictions imposées à la mobilité internationale qui pourraient freiner la venue des clientèles étrangères.

Les organisations professionnelles unies appellent l’État à rétablir le fonds de solidarité et accompagner économiquement les entreprises du secteur.

 

#Annulation #Fermeture #Covid19


Marie Tabacchi
Journal & Magazine
N° 3763 -
07 janvier 2022
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
La cuisson sous vide à juste température expliquée
par Bruno Goussault
Services