Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Face à la crise, les hôteliers de Pau se regroupent

Vie professionnelle - vendredi 26 février 2021 16:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Pau (64) Les hôteliers de la ville de Pau (Pyrénées-Atlantiques) et de l'agglomération se sont regroupés pour avoir plus de visibilité et de poids dans le but de se faire entendre des autorités locales.



Pau et son agglomération compte 47 hôtels, essentiellement pour une clientèle d'affaires.
© GettyImages
Pau et son agglomération compte 47 hôtels, essentiellement pour une clientèle d'affaires.

Lionel Imirizaldu, vice-président de l’Umih Béarn-Soule, est à l’initiative de la création du regroupement des hôteliers de Pau (Pyrénées-Atlantiques). “Beaucoup de collègues m’appelaient. Pau et son agglomération compte 47 hôtels, surtout d’affaires. Au lieu de leur répondre à chacun, il m’a semblé judicieux de les rassembler lors d’une première réunion en octobre dernier”, raconte-t-il. 45 sur les 47 hôtels ont rejoint ce groupement, qui fonctionne de façon informelle pour l’instant, selon les disponibilités de chacun.

Un groupe Whatsapp a été créé, avant probablement de s’orienter vers un statut associatif pour établir un club hôtelier au premier semestre, selon Alexandre Lapeyre, gérant du Quality Hôtel Pau Centre Bosquet. “Lorsque nous avons constaté que l’activité ne repartait pas et que les aides n’arrivaient pas, nous avons poussé l’action. On ne se connaissait pas et les problématiques sont différentes en fonction des hôtels. Cela nous permet d’échanger”, souligne le gérant, notant que le télétravail a considérablement fait chuter la fréquentation des hôtels palois.

 

“Nous en avons marre de ne pas être écoutés”

“Avec nos confrères des discothèques et des restaurants, nous avons manifesté à Pau en décembre dernier. Nous en avons marre de ne pas être écoutés”, ajoute-t-il, faisant référence aux différentes demandes d’annulation de charges auprès de la mairie et de la préfecture. “Nous n’avons rien obtenu”, se désole-t-il. La commune de Pau n’a en effet pas accordé un dégrèvement de la CFE. En contrepartie, elle a proposé 50 % d’exonération de la CFE, remboursable dans 5 ans à taux zéro. “Notre maire, François Bayrou, est commissaire au plan. Nous lui demandons de faire remonter des informations au Gouvernement”, indique Lionel Imirizaldu.

Pour préparer la suite, le groupement travaille aussi sur l’attractivité de Pau, en collaboration avec la mairie. Un autre groupe, créé par Lionel Imirizaldu pour les restaurants, les bars et les discothèques, fait de même. “La crise aura au moins servi à rapprocher les professionnels entre eux et avec l’administration”, conclut-il.

#pau #umih #bearn


Laetitia Bonnet Mundschau