Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Plus de 300 établissements CHR aidés par Grenoble Alpes Métropole

Vie professionnelle - vendredi 19 juin 2020 15:10
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Grenoble (38) En plus de l'exonération totale des droits de terrasse pour l'année 2020, la métropole grenobloise va doubler l'aide mensuelle (1 000 €) attribuée aux CHR depuis le 11 mai. Un soutien bienvenu pour le secteur, durement touché.



'La profession est exsangue', a témoigné mardi Danièle Chavant, présidente de l'Umih38 lors de la présentation par Christophe Ferrari, président de la Métropole (à sa gauche) du soutien renforcé de la Métropole aux CHR.
© Nathalie Ruffier
'La profession est exsangue', a témoigné mardi Danièle Chavant, présidente de l'Umih38 lors de la présentation par Christophe Ferrari, président de la Métropole (à sa gauche) du soutien renforcé de la Métropole aux CHR.

Grenoble Alpes Métropole renforce ses mesures d’accompagnement économique. Son fonds de solidarité exceptionnel de 5 M€ en faveur des TPE des secteurs les plus touchés a déjà permis d’aider 830 acteurs locaux, dont 40 % de CHR. Ils doivent pour cela justifier sur l’honneur de plus de 1 000 € d’investissement depuis le 1er janvier 2018. “C’est facile à remplir”, se félicite Danièle Chavant, présidente de l’Umih 38. Dès validation du dossier, chacun obtient 1 000 € d’aide par mois.

“Depuis le début de la crise, nous avons voulu les accompagner par des mesures conservatoires. Mais les difficultés ne s’arrêtent pas avec leur réouverture. C’est pourquoi nous souhaitons doubler cette aide. Et on complétera l’enveloppe si nécessaire”, assure Christophe Ferrari, président de la Métropole.

 

Exonération des droits de terrasse

Les dossiers en cours d’instruction (103) obtiendront d’emblée ces 2 000 € mensuels. À cela s’ajoute l’exonération des droits de terrasse pour 2020 - soit 300 000 € de pertes de recettes pour la métropole - et de deux mois de loyer dans les locaux métropolitains. Ces aides sont les bienvenues pour la profession aujourd’hui exsangue. Un sondage effectué par l’Umih 38 dix jours après la reprise l’illustre sans détour : 67 % des professionnels sont inquiets et 17,5 % alarmés. La moitié des restaurateurs ouverts enregistrent une baisse de plus de 40 % de leur chiffre d’affaires. Et 53,3 % des hôteliers ouverts disent avoir un taux d’occupation de 10 % ou moins, alors que 72,7 % ont à cette époque un taux d’occupation de plus de 60 %.

 

#Grenoble #Coronavirus #Reprise


Nathalie Ruffier
Journal & Magazine
Services