Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Pier-Alexis Soulière sacré Meilleur sommelier des Amériques

Vie professionnelle - lundi 28 mai 2018 17:30
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Montréal (CANADA) Trois ans après le sacre de l'Argentine Paz Levinson, les candidats au titre de Meilleur sommelier des Amériques ont eu rendez-vous pendant quatre jours en mai, à Montréal. La victoire est revenue à l'un des deux professionnels canadiens en compétition, le Québécois Pier-Alexis Soulière.



David Biraud et Pier-Alexis Soulière ont lié une amitié qui ne les empêchera pas d'être opposés lors du prochain Mondial, en mars 2019, à Anvers.
© Jean Bernard
David Biraud et Pier-Alexis Soulière ont lié une amitié qui ne les empêchera pas d'être opposés lors du prochain Mondial, en mars 2019, à Anvers.

Le 24 mai de cette année, le représentant du Canada a remporté un concours réunissant des sommeliers de dix pays d'Amérique à l'Institut du Tourisme et de l'Hôtellerie du Québec, puis au théâtre Marie-Gérin Lajoie à Montréal. Son succès a été très apprécié par David Biraud, candidat français du Mondial 2019, spectateur attentif de l'épreuve. "J'ai découvert un garçon attachant, et surtout un dégustateur très pointu. Un concurrent sérieux, tout comme les deux autres finalistes : l'Argentin Martin Bruno (2e de la compétition)) et le second Canadien, Carl Villeneuve Lepage (3e de la compétition)", explique le Français, médaillé d'argent du précédent mondial en 2016.

"Je suis tombé amoureux des vins du Rhône"

Trois ans après le sacre de l'Argentine Paz Levinson, la cheffe sommelière internationale d'Anne-Sophie Pic, les candidats au titre de Meilleur sommelier des Amériques avaient rendez-vous pendant quatre jours à Montréal. Et au terme d'une compétition de haut niveau, la victoire est donc revenue à l'un des deux professionnels canadiens en compétition, le Québécois Pier-Alexis Soulière.

Chef sommelier du restaurant montréalais La Chronique, ce jeune Québécois a offert à son pays son quatrième titre en cinq éditions de l'épreuve. Grand voyageur, de Montréal à l'Australie, de Londres à la Californie, Pier-Alexis Soulière a aussi vécu une année en France afin d'y compléter sa formation. "En 2009, j'ai suivi la formation de sommelier-conseil à l'Université du vin de Suze-la-Rousse. J'ai appris les bases d'un classicisme parfois un peu rigide, mais nécessaire, et je suis tombé amoureux des vins de la vallée du Rhône. Et après la maison familiale près de Québec, l'endroit où je me sens le mieux au monde c'est à Tournon, face aux vignes de l'Hermitage..."

Il s'était d'ailleurs pris d'amitié avec Frédéric Bau, le créatif spécialiste du chocolat Valrhona, au point de l'aider au moment de la création de son restaurant Umia. "Le week-end, j'allais lui donner un coup de main afin de travailler sur la constitution de sa carte, puis sur quelques premiers services. Des extras gratuits tout simplement parce que j'appréciais la façon dont il travaillait avec Rika, son épouse présente en cuisine." Le nouveau champion des Amériques avait aussi effectué un stage au Château de Rochegude. "J'avais surtout remis de l'ordre dans la carte !, confie-t-il.

Cette victoire le qualifie d'office pour le prochain concours ASI du Meilleur sommelier du monde 2019, prévu à Anvers. Il y sera alors opposé à David Biraud - chef sommelier du restaurant Sur mesure par Thierry Marx -, qui a fait le déplacement à Montréal avec Benjamin Roffet, son suppléant, grâce au soutien du Team France de l'Union de la sommellerie française (UDSF).

Jean Bernard