×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Pour l'Umih 45, "s'afficher c'est exister"

Vie professionnelle - lundi 16 avril 2018 09:55
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Saint Jean le Blanc (45) L'assemblée générale des professionnels du Loiret a été en grande partie consacrée à la question du retrait des pré-enseignes.



De gauche à droite : Gilbert Guttin, président de l'Umih 45, Gilles Vaslier, vice-président, et Laurent Lutse.
De gauche à droite : Gilbert Guttin, président de l'Umih 45, Gilles Vaslier, vice-président, et Laurent Lutse.


Même si son nombre d'adhérents s'est légèrement réduit (304 l'an passé contre 337 en 2003), l'Umih 45 reste influente dans les milieux politiques et économiques. La dernière assemblée générale, qui s'est tenue à Saint-Jean-le-Blanc, non loin d'Orléans, en présence de Laurent Lutse, a ainsi accueilli le président du conseil départemental, la vice-présidente du conseil régional en charge du tourisme ou encore le président de la chambre de métiers.

Il est vrai que l'Umih 45, présidée par Gilbert Guttin, a décidé d'occuper le terrain revendicatif. Elle a ainsi lancé, en décembre dernier, la campagne de communication et d'affichage "S'afficher c'est exister", demandant l'abrogation de l'arrêté ministériel interdisant les pré-enseignes hors agglomérations. Lancée avec Tourisme Loiret, émanation touristique dépendant du conseil départemental, cette initiative a désormais été reprise au niveau national par l'Umih. 

"C'est une question de survie, nous jouons notre avenir car en campagne ce retrait des pré-enseignes peut faire chuter le chiffre d'affaires de 20 à 40%", explique Gilbert Guttin, qui estime toutefois "avoir été entendu". Ses revendications ont été prises en compte et les verbalisations sont plus rares pour les "contrevenants"

Des courriers vont ainsi être adressés aux élus pour les alerter sur les dangers pesant sur l'hôtellerie et la restauration rurales mais aussi pour les aider dans leur collecte de taxe de séjour des meublés touristiques. Les professionnels du Loiret sont également mobilisés sur les questions de recrutement et de formation. Ils cherchent encore des solutions pour créer des formations ou des mentions complémentaires en sommellerie, réception d'hôtel ou bar.



Jean-Jacques Talpin
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Inspirations et tendances culinaires
par Tiphaine Campet
Services