×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Claude Daumas plaide la problématique des stations de montagne auprès du Ministère de l'Education Nationale

Vie professionnelle - vendredi 6 mars 2015 09:33
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

75 - Paris Claude Daumas, président de la Fagiht et vice-président du Groupement national des indépendants, était hier après-midi au ministère de l'Education. Un rendez-vous attendu, qui lui a permis de développer l'impact du calendrier scolaire sur l'activité des stations.



Catherine de Bruyne, directrice générale de la Fagiht et Claude Daumas, hier après-midi, à la sortie du ministère de l'Education Nationale.
Catherine de Bruyne, directrice générale de la Fagiht et Claude Daumas, hier après-midi, à la sortie du ministère de l'Education Nationale.

Claude Daumas était souriant en quittant le ministère de la rue de Grenelle. « Nous avons enfin un ministre de l'Education nationale qui accepte de discuter des problèmes du tourisme liés au calendrier scolaire » confie-t-il. Le rendez-vous obtenu avec le directeur de cabinet de Najat Vallaud-Belkacem a duré près d'une heure. « Nous avons pu exposer notre dossier dans sa totalité. L'impact des vacances scolaires sur l'activité des stations ne touche pas seulement l'hôtellerie et la restauration. L'agriculture, la viticulture comme de nombreuses activités artisanales sont concernées et c'est important de le rappeler. » Si rien n'est arrêté, l'idée de remonter les vacances de printemps sur les tous premiers jours d'avril fait son chemin. « Cela permettrait de retrouver 15 jours supplémentaires de saison. Aujourd'hui, les contrats saisonniers des stations de montagne vont du 15 décembre au 30 mars. Dans ces conditions, ils pourraient aller jusqu'au 15 avril. C'est plus d'emploi et c'est aussi une économie pour la sécurité sociale et le chômage. » Sur l'avenir du dossier, Claude Daumas se veut positif. « Le gouvernement se montre à l'écoute du tourisme. Aujourd'hui, nous avons constaté qu'il y a avait une véritable écoute du ministère de l'Education nationale. Quel que soit son arbitrage, nous espérons que cette ouverture d'esprit devienne pérenne » termine Claude Daumas.

Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3764 -
21 janvier 2022
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fonds de commerce : création, achat, reprise et vente
par Maître Sophie Petroussenko
Services