×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Édito du n° 3290 du 17 mai 2012 : "Contradictions"

Vie professionnelle - mercredi 16 mai 2012 16:13
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Alors que la campagne pour l'élection présidentielle n'a pas été avare de déclarations démagogiques, promesses inconsidérées et effets d'estrade irréalistes, la profession peut se féliciter de la position des deux principaux candidats qui ont confirmé leur volonté de maintenir la TVA à taux réduit pour la restauration.

Il n'était évidemment pas question pour Nicolas Sarkozy de revenir sur une mesure pour laquelle il a oeuvré pendant longtemps avant d'obtenir gain de cause à Bruxelles, et connaissance approfondie de la Corrèze aidant, le nouveau Président n'avait pas manqué de rappeler qu'il est favorable également à une TVA réduite pour la profession.

Mais François Hollande, campagne électorale oblige, a évoqué également une éventuelle "vérification" des engagements pris par la profession dans le fameux contrat d'avenir, notamment en matière d'emploi.

Dans le même temps, Pôle emploi vient de publier son enquête annuelle sur les besoins en main-d'oeuvre de l'économie française pour 2012, où il apparait que sur les quelque 1,7 millions d'embauches prévues, 42,6 % sont assorties de difficultés de recrutement.

Plus inquiétant, parmi les 10 métiers où la tension est la plus forte, le recrutement des cuisiniers est jugé difficile pour 61,4 % des cas, celui des employés de l'hôtellerie pour 50,2 % et celui de serveurs de café et restaurants pour 48 ,8%.

Certes, les causes de cette désaffection ont été mille fois évoquées, les efforts de la profession pour proposer des conditions de travail et de rémunération améliorées ont été importants, l'information sur les formations et les carrières est aujourd'hui largement diffusée, ce qui n'empêche pas cette pénurie quasi-permanente que déplorent les organisations professionnelles.

En réponse à l'enquête de Pôle emploi, l'Umih rappelle que l'hôtellerie restauration prévoit de proposer 218 000 emplois en 2012, se situant ainsi parmi l'un des principaux recruteurs du pays.

C'est pourquoi il appartiendra à la nouvelle équipe mise en place par le Président élu d'envisager une fois de plus les mesures essentielles à la promotion des métiers d'avenir, tant auprès des jeunes en quête d'orientation professionnelle que du corps enseignant dont on connaît, hélas, les réticences au développement de l'enseignement technique face aux beautés supposées de la traduction de la Guerre des Gaules et la lecture de la Princesse de Clèves.
Et il appartient à la profession de faire valoir son rôle essentiel dans une économie ravagée par la montée du chômage et l'endettement public. Les secteurs des services, susceptibles de proposer une amélioration du fameux 'ascenseur social' bien en panne ces derniers temps, doivent bénéficier d'une politique économique de développement qui passe à la fois par le maintien d'une fiscalité adaptée et d'un régime de charges salariales compatible avec l'impossibilité - c'est un atout - de toute délocalisation.
L. H.

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
La gastronomie moléculaire
par Hervé This
Services