×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Vague de froid : à Paris, les cafés désertés

Vie professionnelle - lundi 20 février 2012 14:46
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

75 - Paris La vague de froid n'a pas épargné la capitale où les températures négatives ont découragé les parisiens de s'attarder en terrasse.



Au Bistro de l'Arche, à La Défense, malgré la terrasse chauffée, le froid a eu raison des fumeurs.
Au Bistro de l'Arche, à La Défense, malgré la terrasse chauffée, le froid a eu raison des fumeurs.

En région parisienne, la baisse de fréquentation liée à des conditions climatiques plus rudes qu'à l'ordinaire fut ressentie différemment selon les établissements. Ainsi, à Chatillon (92) Le Grand Café a enregistré une baisse de - 20 à - 35 % de sa fréquentation, alors qu'à La Défense, au Bistro de l'Arche, la baisse d'activité n'a pas été significative, seuls les fumeurs ayant déserté les terrasses.

À Paris, Louis Hibert, gérant de la brasserie Le Canon des Gobelins (XIIIe) - dont la clientèle est composée de touristes, d'étudiants et de gens du quartier -, confirme un impact réel de la baisse des températures sur le taux de fréquentation : "Même si nous ne pouvons pas encore estimer le montant [du manque à gagner, NDLR]- il faudra tenir compte de la facture d'électricité -, c'était flagrant."

Face à de tels épisodes de froid, il est difficile pour les professionnels de trouver une parade. Faire de son établissement un refuge où l'on pourra déguster un chocolat ou un vin chauds peut toutefois contribuer à ramener un peu de clientèle.

A. J. A.

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fonds de commerce en fiches pratiques
par Tiphaine Beausseron
Services