×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Marie-Odile Fondeur : "Le Sirha est sans équivalent dans le monde"

Restauration - jeudi 3 janvier 2013 10:57
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Lyon (69) En 2013, le Sirha souffle ses trente bougies... trois décennies d'innovation dans le domaine de la restauration et de l'hôtellerie. Marie-Odile Fondeur, directrice générale du Sirha, explique pourquoi ce salon est devenu un événement de la profession.




Marie-Odile Fondeur, directrice générale du Sirha : 'Nous sommes le salon qui parle des tendances et qui le prouve.'
© Jeff Nalin
Marie-Odile Fondeur, directrice générale du Sirha : 'Nous sommes le salon qui parle des tendances et qui le prouve.'

L'Hôtellerie Restauration : Qu'est-ce qui fait le succès du Sirha ?

Marie-Odile Fondeur : À chaque nouvelle édition, nous avons investi pour l'améliorer et anticiper les besoins des visiteurs. Le Food Studio, 6e Sens, le partenariat avec Europain… mais aussi le travail sur les tendances en restauration que nous avons initié en 2011 avec Frédéric Loeb. Nous avons sorti un Sirha Trends Book avec cinq concepts dont les professionnels s'inspirent. Nous sommes le salon qui parle des tendances et qui le prouve. Cette année, c'est une nouvelle étape avec la création du World Cuisine Summit où seront divulgués les résultats d'une étude réalisée dans dix pays sur les tendances en restauration. Trente concepts de restaurant ont été imaginés, analysés et répertoriés. Cette étude de 1 200 pages, qui a coûté 500 000 €, sera commercialisée. Un extrait sera donné aux congressistes. Sans oublier un guide pratique, Ideas & Trends Book 2013, que l'on pourra se procurer sur place ou sur internet.

Le succès du Sirha est dû aussi au fait que nous donnons beaucoup de solutions pratiques. C'est au Sirha que l'on peut découvrir la plus forte concentration d'innovations. Certains testent même leurs produits devant les professionnels. Nous donnons une visibilité à toutes les nouveautés.

Les concours de très haut niveau que nous avons, comme le Bocuse d'or ou la coupe du monde de la Pâtisserie, permettent aussi de découvrir les nouvelles tendances. On voit les derniers tours de mains, les techniques de cuisson, les formes, les couleurs… On a aussi les tendances des arts de la table de façon vivante. Nous avons créé un restaurant, avec trois services par jour et quatre thématiques - 6e Sens - illustrées et mises en application par les étudiants de l'Institut Paul Bocuse.

Un conseil aux visiteurs ?

Il faut déterminer ses besoins et aller sur notre site pour sélectionner les exposants qui entrent dans cette problématique. Il convient de toujours garder au moins une demi-journée pour parcourir le salon, humer l'air du temps, rencontrer des confrères qui vous donnent des conseils, car le bouche à oreille fonctionne très bien au Sirha, et piquer des idées à droite et à gauche au fil des stands, qui sont magnifiques. Des parcours ont été conçus pour aider les visiteurs qui le souhaitent.

Nous avons six halls de produits et 25 pavillons internationaux. J'ai visité tous les salons professionnels dans le monde : le Sirha est sans équivalent.

Paul Bocuse a toujours soutenu le Sirha, notamment avec la création du Bocuse d'or. Son fils, Jérôme, est même président du Sirha. D'où vient cette proximité ?

Paul Bocuse est le seul chef au monde capable de fédérer tous les chefs de la planète. C'est lui qui a sorti les chefs de leurs cuisines et qui leur a permis de devenir des stars. Il a toujours été moteur pour lancer de nouveaux concepts, en France et à l'étranger, tout en maintenant son restaurant 3 étoiles Michelin de Collonges-au-Mont-d'Or. Encore aujourd'hui, il multiplie les projets. Paul Bocuse vient d'ouvrir la brasserie Fond rose et un restaurant gastronomique est prévu pour septembre 2013 à Lyon, avenue des Frères Lumière, en association avec Olivier Ginon. Puis il y aura un restaurant dans l'ancien réfectoire de l'hôtel-Dieu, en 2015. Il est très attaché au fait que nous ayons le label de la Cité de la gastronomie à Lyon. Il est toujours à l'affût de tout ce qui se passe. Le Sirha également.

Propos recueillis par Nadine Lemoine

Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les ruptures du contrat de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services