×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Le Domaine de la Bretesche renforce son engagement écoresponsable

Hôtellerie - mercredi 27 juillet 2022 11:49
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Missillac (44) L'établissement du groupe B Signature Hôtels & Resorts– qui compte sept hôtels, dont cinq à Paris et un à Saint-Barthélemy – a créé un potager en permaculture et souhaite obtenir le label Clé verte. Rencontre avec Anne Jousse, directrice du groupe.



L’Hôtellerie Restauration : Pourquoi avoir pris un virage écoresponsable au sein du groupe B Signature ?

Anne Jousse : Je pense qu’aujourd’hui tout le monde devrait prendre ce virage, dans l’hôtellerie et ailleurs. Nous n’en sommes plus à nous poser la question de l’intérêt de devenir écoresponsables en 2022, c’est quelque chose qui va de soi. 

 

Vous avez entrepris cette année les démarches pour que le Domaine de la Bretesche soit labellisé Clé verte et vous y avez créé un jardin en permaculture. Pourquoi avoir choisi ce label ? 

J’ai choisi ce label pour deux raisons : d’abord parce que c’est un label européen, et que nous sommes français, donc européens. Et également parce que l’hôtel Bel Ami avait déjà opté pour ce label en 2012, alors qu’il y a dix ans, la démarche écoresponsable n’était pas encore dans l’air du temps dans l’hôtellerie. 

 

La candidature Clé verte prend-elle du temps à mettre en place ? 

Cela dépend de l’état d’avancement de l’établissement par rapport à la démarche écoresponsable. Si l’on part de zéro, cela prend du temps, certainement. En revanche, si l’on respecte déjà cette démarche sans la formaliser, il faut faire certains ajustements - car on ne remplit pas forcément tous les critères nécessaires pour obtenir le label Clé verte immédiatement, mais ce n’est pas un grand effort. La formalisation a le mérite de nous faire vérifier tous vos process, ce qui est une bonne chose. C’est du moins ce que nous ressortons de notre expérience.

 

Avez-vous ressenti un impact depuis la labellisation du Bel Ami, à Paris, et du Manapany, à Saint Barthélemy ?

Dans nos questionnaires de satisfaction adressés à tous nos clients, nous leur demandons s’ils viennent chez nous parce que nous sommes écoresponsables. Nous pensons ce n’est pas aujourd’hui un critère de choix. Ceci étant, c’est un point positif de plus dans la balance. En ce qui concerne le Manapany, avant notre reprise, il était très loin de cette démarche, mais nous avons enclenché le mouvement dès la rénovation de l’établissement il y a cinq ans. Aujourd’hui, de plus en plus d’hôtels entament cette démarche, ce qui est une très bonne chose.

 

Si vous n’avez pas vu de différence pour la clientèle, dans quelle mesure cette démarche a-t-elle un impact bénéfique pour le groupe ? 

C’est une question d’éthique, aussi bien pour nos clients que pour nos collaborateurs. Les nouvelles générations ont grandi avec ce souci du respect de la nature et de la limitation de l’impact de l’activité humaine sur l’environnement. Je pense même qu’à l’avenir, cela pourrait peut-être nous aider à recruter.

 

#BSignature #AnneJousse #DomainedelaBrestesche

Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Inspirations et tendances culinaires
par Tiphaine Campet
Services