×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Dissay : luxe, calme et volupté

Hôtellerie - jeudi 30 décembre 2021 15:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Dissay (86) Dans la campagne poitevine, à 3 heures de Paris et 2 h 30 de Bordeaux, le château de Dissay a opéré une métamorphose spectaculaire. Classé monument historique, l'édifice du XVe siècle est devenu, en l'espace de cinq ans, un complexe hôtelier de prestige. Chambres haut de gamme, restaurant gastronomique, spa, jardin à la française, salle de réception : tout y est.



Christophe Bouvier, 52 ans, fils de boucher passé par le droit, la banque et l’assurance, est le pilote du grand changement au château de Dissay (Vienne). À la tête d’un groupe hôtelier familial qui compte trois établissements, il recherche en 2015 un lieu sans équivalent. “Airbnb, les chambres d’hôtes ont pris des parts de marché à l’hôtellerie. Proposer aux clients des prestations de confort supérieures à celles dont ils disposent chez eux, c’est une course à l’échalote. J’ai choisi de miser sur ce qu’ils ne peuvent pas s’offrir dans leur cadre habituel : un lieu d’exception, clé d’une belle expérience. En quête d’un édifice classé, ouvrant la voie à de la défiscalisation, il écume les annonces avec en tête une idée : ne pas tomber amoureux des châteaux qu’il visite. “Rien n’est pire que le coup de cœur, explique-t-il. J’avais deux critères : disposer d’une capacité hôtelière d’au moins 30 chambres au sein même du château - les dépendances n’ont pas le même attrait - et un emplacement à proximité d’un axe routier majeur pour générer du flux toute l’année.”

 

Des ouvertures échelonnées

Le domaine de Dissay coche toutes les cases, coup de cœur excepté, avec ses 5 000 m2 pour le château, 3 000 m2 de dépendances et un parc de 6 hectares. “Le compromis de vente comprenait une clause suspensive dobtention de permis. Durant un an, le projet a été monté en collaboration étroite avec les Monuments historiques, les pompiers, les partenaires financiers, l’architecte. Ce fut un an d’efforts acharnés pour assurer la viabilité du projet.” Huit millions d’euros sont investis dans la reconversion du château bâti par l’évêque de Poitiers, Pierre d’Amboise. En premier jalon, la rénovation de communs pour abriter un spa : “En ouvrant l’hôtel et le spa en même temps, je noyais ce dernier dans l’hôtel. Aujourd’hui, 80 % de la clientèle du spa - qui emploie 7 praticiennes - est locale, cela fonctionne très très bien.”

L’ouverture du restaurant intervient dans un deuxième temps, puis celle de l’hôtel, avec 12 chambres sur les 30 prévues à terme. Les travaux sont échelonnés pour limiter les interférences avec le fonctionnement de l’établissement. Le magnétisme de l’architecture opère sur la clientèle qui bénéficie même, pour les offres packagées en moyen séjour, d’une visite du domaine en calèche.

 

#Dissay #ChristopheBouvier


Marie-Julie Meyssan
Journal & Magazine
N° 3763 -
07 janvier 2022
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Hygiène & HACCP : le minimum pour être prêt pour un contrôle
par Dominique Voisin
Services