×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Maranatha veut éviter la liquidation

Hôtellerie - jeudi 26 octobre 2017 15:31
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Olivier Carvin, p.-d.g. de Maranatha.
© DR
Olivier Carvin, p.-d.g. de Maranatha.

Un mois après la mise en redressement judiciaire de Maranatha SAS, holding spécialisée dans l'hôtellerie de luxe, deux administrateurs judiciaires s'activent pour éviter la liquidation. Pour ce faire, ils recherchent un investisseur qui pourrait à la fois prendre le contrôle du groupe et proposer une porte de sortie aux investisseurs le désirant. Maranatha, qui compte 60 établissements (principalement des 4 et 5 étoiles), repose en effet sur une méthode d'acquisition originale : près de 6 000 particuliers ont investi dans les murs de ses hôtels, espérant un rendement de 6 à 8 % par an. Cela représente en valeur 800 M€ et en fait le cinquième groupe hôtelier français, selon son président Olivier Carvin. La quête d'un repreneur n'est cependant pas gagnée d'avance : des négociations ont déjà été menées avec deux investisseurs potentiels, entre juillet 2016 et juin 2017… sans résultat.

Autre objectif : éviter le démantèlement. "Le groupe a plus de valeur dans sa globalité que s'il était vendu par appartement, a confié Franck Michel, l'un des deux administrateurs, à nos confrères du Figaro. Nous mettons en place une stratégie globale pour préserver à la fois les investisseurs, les fonctions support et les emplois. Nous voulons une égalité de traitement entre tous les investisseurs et empêcher que certains ne récupèrent des actifs à bon compte."

Pour l'instant, trois hôtels viennent d'être placés en redressement judiciaire, et il est probable que d'autres connaissent rapidement le même sort. La prochaine audience est fixée au 14 novembre : le tribunal décidera alors une poursuite de la période d'observation, ou sa conversion en liquidation judiciaire.

Violaine Brissart
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en fiches pratiques
par Jean-Philippe Barret et Eric Le Bouvier
Services