×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Zazie, ou la réinsertion par l'hôtellerie

Hôtellerie - vendredi 19 mai 2017 10:53
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Cet établissement 2 étoiles est le seul hôtel parisien estampillé Entreprise solidaire et d'utilité sociale.



Le Zazie Hôtel mise sur la réinsertion… et la récup'. Tout le mobilier est chiné, dans une démarche de développement durable.
© Nelly Valais
Le Zazie Hôtel mise sur la réinsertion… et la récup'. Tout le mobilier est chiné, dans une démarche de développement durable.

Après une première vie passée dans l'édition, Anne-Sophie de Boulois se lance un nouveau défi : transformer Le Mistral, un petit établissement 1 étoile du XIIe arrondissement parisien, en un hôtel tourné vers l'insertion. "L'objectif d'une entreprise d'insertion est de proposer un accès à l'emploi et un accompagnement spécifique à des personnes éloignées du monde du travail, comme des demandeurs d'emploi de longue durée, des allocataires de minima sociaux, des jeunes sans qualification, rappelle la fondatrice. Ce type d'entreprise existe dans le bâtiment, la restauration, les services à la personne... Mais dans l'hôtellerie, c'est extrêmement rare en France. Je voulais démontrer qu'on pouvait amener ces personnes vers des métiers en tension et en contact avec des clients."

Repenser l'organisation

Pour ce faire, la néo-hôtelière a entièrement repensé l'organisation du travail au sein du Zazie Hôtel. Afin de générer des postes à plein temps, certaines tâches telles que la blanchisserie et l'entretien ont été réinternalisées. Ici, la polyvalence est de mise. "Cela permet de motiver les employés, d'éviter une certaine lassitude, de toucher un peu à tout, de progresser et de viser à terme l'autonomie. Les employés peuvent ainsi se remplacer les uns les autres : c'est pratique car les personnes en insertion s'absentent régulièrement pour bénéficier de formations", précise-t-elle. C'est aussi un moyen de limiter la répétition de postures difficiles et leur pénibilité. "Nous travaillons beaucoup sur ce chapitre, dans une démarche plus globale de développement durable : par exemple, notre ascenseur descend jusqu'au sous-sol, ce qui permet d'utiliser des chariots, même dans une petite structure de vingt chambres comme la nôtre", ajoute-t-elle.

Une démarche bien accueillie par la profession

Plus de quatre ans après l'ouverture du Zazie, une quinzaine de personnes en difficulté ont été embauchées à temps plein, à des postes d'employés polyvalents ou de réceptionnistes. La moitié d'entre elles a ensuite trouvé du travail dans le secteur. "Notre démarche a été très bien accueillie par les professionnels, qui n'hésitent pas à recevoir nos employés pendant une ou deux semaines, lors de périodes de mise en situation. J'aime l'idée d'être partie prenante de ce monde de l'hôtellerie, de lui apporter un petit dispositif supplémentaire dans la formation professionnelle et l'insertion", se félicite-t-elle. 

Violaine Brissart
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Spa : check-list pour ouvrir
par Perrine Edelman
Services