×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Tourisme durable : 65 % des voyageurs sont convaincus

Hôtellerie - mardi 9 mai 2017 09:29
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Une étude de Booking.com souligne l'intérêt des voyageurs pour le développement durable. Les hôtels sont, bien sûr, partie prenante: plus ils s'engagent dans la protection de l'environnement, plus ils séduisent.




Voyage et développement durable font plutôt bon ménage. C'est ce que révèle une étude menée par Booking.com, en marge de la Journée mondiale de la Terre du 22 avril dernier. Principal constat : "Le nombre de voyageurs qui choisissent un hébergement respectueux de l'environnement pourrait doubler cette année, avec 65 % des voyageurs dans le monde qui en expriment la volonté." Ils n'étaient que 34 % dans ce cas en 2016. 
Par ailleurs, 68 % des personnes interrogées se disent "susceptibles de choisir un hébergement si celui-ci est respectueux de l'environnement." Parmi eux, les Chinois arrivent en tête (93 %), suivis par les Brésiliens (83 %) et les Espagnols (80 %). 

"Depuis la COP21, l'écologie devient une évidence, commente Philippe François, créateur et président d'Ecorismo. D'un côté, les clients souhaitent séjourner chez des professionnels impliqués face au gaspillage et au développement durable. De l'autre, les hôteliers vont de plus en plus loin dans leur engagement. Et ce, aussi bien dans l'hôtellerie d'affaires, de loisirs ou de luxe. Aujourd'hui, les trois quarts des hôtels de luxe ont une démarche environnementale." 

Et ce, d'autant que, selon l'étude de Booking.com, 94% des amateurs de séjours de luxe sont prêts à "faire des concessions au nom de l'écologie." Dans le détail : 94% se disent partants pour séjourner dans un hébergement équipé d'ampoules à économie d'énergie, 89% avec des systèmes de chauffage ou de climatisation ne fonctionnant qu'en leur présence et 80% avec des douches à pression d'eau plus faible.


Un voyageur sur deux se considère comme un 'voyageur durable'

"S'engager dans une démarche environnementale ne doit en rien compromettre l'expérience du client. Sa satisfaction reste notre priorité", explique Nadine Witczak, directrice de l'Amiral, un hôtel deux étoiles à Nantes (Loire-Atlantique), doté des labels La Clef Verte et Ecolabel. Avis partagé par Sophie Arbib, à la tête de l'agence Exclusif Voyages : "Lorsque nous proposons à nos clients un hôtel du groupe Six Senses, par exemple, ce n'est pas seulement parce qu'il est positionné sur le développement durable. C'est d'abord parce qu'il a une philosophie, un style, un esprit, une façon de concevoir qui vont plaire à nos clients." 

L'enquête de Booking.com va également dans ce sens : 36 % des personnes interrogées choisiraient un hébergement respectueux de l'environnement "parce qu'il propose une expérience plus authentique, car locale". Le durable a le vent en poupe. Près d'un voyageur sur deux (46%) se considère comme "un voyageur durable". "C'est d'autant plus encourageant que lorsque l'on s'implique dans le développement durable, on améliore la performance globale de son établissement, on réduit les coûts, on optimise la satisfaction client", souligne Nadine Witczak. 

Faut-il y voir une dynamique supplémentaire, à l'heure où l'Observatoire des performances hôtelières de l'Umih fait état d'un RevPAR en hausse de 2 % à l'issue du premier trimestre 2017 ? "Oui, répond Philippe François. Dans cette amorce de reprise, le développement durable fait partie des outils pour se positionner et se différencier de ses concurrents." Cela tombe à pic : les Nations Unies ont proclamé 2017, 'année internationale du tourisme durable pour le développement'.


Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Idées simples pour doper les recettes de votre restaurant
par Bernard Boutboul
Services