×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Maison Fenestraz, cinquante ans d'esprit pionnier de la Savoie à l'Amérique du Sud

Hôtellerie - lundi 2 janvier 2017 09:59
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Dans les années 1960, Raymonde et André Fenestraz ont développé des hôtels et chalets de luxe à Courchevel et Méribel. Raoul Fenestraz, leur fils, a quant à lui développé plusieurs établissements en Argentine et au brésil. Victoire Fenestraz, la petite-fille, vient de rejoindre la direction du groupe familial.



André et Raymonde Fenestraz ont marqué l'histoire de l'hôtellerie alpine. Fille d'agriculteurs savoyards, Raymonde, plus tard surnommée la Castafiore, a eu l'idée avec son mari de construire, dès 1966, des hôtels et des chalets de luxe à Courchevel 1850 et Méribel. À l'époque, la station - détenue par le conseil général - était destinée au tourisme social, et il fallait du flair pour parier sur ces lieux. En 1992, avant les Jeux olympiques d'Albertville, le couple acquiert Les Airelles pour en faire un établissement haut de gamme.

En 2000, leur fils Raoul Fenestraz, 32 ans, s'installe avec femme et enfants sur une parcelle de terre dans le centre de l'Argentine, sans eau courante ni électricité. Il y bâti El Colibri, un hôtel de charme, classé aujourd'hui Relais & Châteaux. L'établissement, au milieu des chevaux et de paysages grandioses, devient le refuge des célébrités du monde politique et du showbiz et affiche complet, d'une année sur l'autre. Très vite, Raoul et son épouse ouvrent une autre estancia (exploitation agricole), Don André, dédiée à l'élevage du bétail. Puis c'est l'acquisition de House of Jasmine, toujours en Argentine, aux pieds des Andes. Ils s'installent également au Brésil, à Transcoso, le spot de la jet-set en Amérique du Sud. En France, Les Fenestraz vendent les Airelles en 2007 mais conservent leurs deux hôtels historiques, La Loze à Courchevel et l'Alpen Ruitor (construit à la fin des années 1970) à Méribel. D'autres appartements et maisons, dotés d'un service hôtelier, s'ajoutent peu à peu au groupe.


"La famille est la pierre angulaire de notre réussite"

"Nous voulons conserver la ligne directrice de nos établissements. Notre groupe a 50 ans cette année. Nous cherchions un dénominateur commun, une image fédératrice pour nos établissements. Il fallait s'appuyer ce qui nous différencie : nous sommes des pionniers avant toute chose, toutes nos maisons sont faites du même ADN." Cinquante ans après la naissance du premier hôtel, le groupe Maison Fenestraz est né, et propose désormais une offre globale, via une plateforme numérique, adaptée aux nouveaux modes de communication. "La famille est la pierre angulaire de notre réussite." Stéphanie Fenestraz, l'épouse de Raoul, s'occupe de la décoration des différents établissements, Gauthier, leur fils, Art Director, conçoit l'identité visuelle du groupe. Enfin, Victoire, 25 ans, diplômée d'une université anglaise, est devenue le bras droit de Raoul. Cet hiver, c'est elle qui dirige l'Alpen Ruitor et ses 44 salariés. Et elle a des idées bien précises sur le développement du groupe. Son grand projet : un hôtel à New York. "Tout dépendra ce que l'on proposera, affirme-t-telle. Pour toutes nos maisons, nous avons une devise : 'La meilleure chose qu'un homme puisse faire pour un autre, c'est de partager son rêve'."


Fleur Tari
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fonds de commerce : création, achat, reprise et vente
par Maître Sophie Petroussenko
Services