×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Réussite : Alex Varlik, l'avocat devenu hôtelier

Hôtellerie - lundi 3 octobre 2016 14:41
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Istanbul (TURQUIE) Cet ancien membre du barreau parisien a refait sa vie à Istanbul. Désormais hôtelier, il surfe sur les opportunités offertes par la Turquie et prévoit d'exporter sa marque, Georges Hotel, aux États-Unis et en Asie.




L'avenir paraissait tout tracé pour Alex Varlik qui, après des études de droit à Assas, rejoint le barreau de Paris. Mais l'avocat finit par s'ennuyer. "J'avais besoin d'aventure. Mon père étant turc, j'ai choisi de m'installer à Istanbul, d'autant que la ville commençait à vraiment bouger. Il y avait beaucoup d'énergie dans tous les domaines : l'art, le design, la gastronomie…", raconte-t-il. En 2006, il plie bagage et rejoint un cabinet d'avocats turc spécialisé en fusions-acquisitions. Quelques mois plus tard, il quitte tout et se lance dans l'immobilier et l'apprentissage du turc. "Je voulais faire quelque chose d'opérationnel, et puis cela m'a permis de me constituer un petit réseau", note-t-il. 

C'est alors qu'il rencontre l'un des propriétaires de The House Cafe, une chaîne stambouliote de cafés branchés. "Je lui ai proposé de faire de la location d'appartements à la journée avec services dédiés. Il m'a fait confiance et nous nous sommes associés", poursuit-il. The House Apart  - "un concept conçu pour la classe moyenne émergente turque" - se révèle  "un carton total". En deux ans à peine, la société compte trente appartements dans la ville, ce qui ne manque pas de susciter l'intérêt d'investisseurs. En 2009, la majorité du capital est ainsi cédée à un fonds d'investissement irlandais, Kerten Private Equity. 

Épaulé par ce nouvel appui financier, Alex Varlik se lance dans l'hôtellerie de luxe, avec la création de The House Hotel. "Les boutique-hôtels étaient quasiment inexistants à Istanbul à cette époque. Le succès a là aussi été au rendez-vous : en dix-huit mois, nous avons ouvert trois établissements", déclare-t-il. 

 

"Istanbul est une petite New-York"

Deux années plus tard, l'aventure prend fin, en raison d'un conflit avec le fonds d'investissement. Alex Varlik conçoit alors un boutique-hôtel à signature française, le Georges Hotel Galata. L'adresse de vingt chambres multiplie les clins d'oeil au pays natal de l'hôtelier : parquets à la française, moulures, bougies sur les tables, Gainsbourg en fond sonore… "J'ai voulu accueillir les hôtes comme dans une maison particulière. Il n'y a pas d'enseigne à l'extérieur, ni de réception. Il y a une vaste terrasse avec vue sur le Bosphore et un restaurant bar d'influence française. Le personnel n'est pas visible dans les parties communes : j'ai créé des accès distincts derrière des portes masquées ou des rideaux", détaille-t-il. 

D'ici cinq ans, l'établissement devrait gagner vingt chambres supplémentaires, tandis qu'Alex Varlik pense d'ores et déjà à d'autres projets d'hôtellerie et de restauration dans le pays. "La Turquie est jeune et dynamique. Les Turcs ont une mentalité un peu anglo-saxonne, dans le sens où ils sont très entreprenants et ambitieux. Je suis fasciné par Istanbul, cette ville est extrêmement moderne et progressiste, c'est une petite New York où tout se passe très vite", juge-t-il. 

Malgré les attentats qui ont quelque peu terni son image et la récente tentative de coup d'État, Istanbul reste "une ville d'opportunités qui a vocation à se développer". "Il y a eu une très grosse chute des réservations les jours qui ont suivi la nuit du 15 juillet, mais j'observe un rebond certain et de nouveau un vrai engouement des touristes étrangers pour la Turquie, ajoute-t-il. Je suis très positif sur le développement du tourisme en Turquie dans les prochaines années, et j'observe des signes qui me laissent à penser que la saison 2017 va être exceptionnelle."

Pour Alex Varlik, Istanbul constitue donc un tremplin qui va lui permettre d'exporter sa marque hôtelière. Le Georges Hotel South Beach - une adresse de 36 chambres - ouvrira à Miami à l'horizon 2018. D'autres destinations, comme New-York, Los Angeles et Hong-Kong, devraient également voir le jour, d'ici à 2023.

 

Violaine Brissart
Journal & Magazine
N° 3756 -
01 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
La gastronomie moléculaire
par Hervé This
Services