×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Jin Jiang cherche-t-il à prendre le contrôle d'Accorhotels ?

Hôtellerie - vendredi 3 juin 2016 15:57
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Le groupe chinois, qui détient déjà Groupe du Louvre, cherche à accroître sa participation au sein du fleuron national de l'hôtellerie. Une offre de rachat a été lancée pour atteindre, à terme, 30 % du capital du groupe français.



Sébastien Bazin, p.-d.g. d'Accorhotels.
Sébastien Bazin, p.-d.g. d'Accorhotels.

Le groupe Jin Jiang poursuit sa prise de position dans le groupe Accorhotels. Il possédait 5 % des parts en janvier dernier, 10 % fin février, en détient aujourd'hui 15 % et son ambition ne s'arrête pas là. Le groupe chinois a émis une offre de rachat à 45 € par action (le cours était à 38 € par action jeudi, au moment de l'offre) des 11,08 % de parts que possèdent conjointement les fonds d'investissement Colony Capital et Eurazeo, majoritaires au sein d'Accorhotels. D'après Le Figaro, cette proposition lui permettrait de détenir 26,1 % des actions d'Accorhotels, avec l'espoir d'atteindre 29 %, un seuil fatidique. À 30 %, Jin Jiang serait contraint d'abattre ses cartes et de lancer une OPA.

Le dossier semble désormais entre les mains de Bercy, qui chercherait à obtenir du groupe chinois "le plafonnement de sa participation et/ou de ses droits de vote, sur le long terme", au sein du conseil d'administration d'Accorhotels. Le ministère voudrait également définir les modalités de gouvernance, en particulier le nombre de sièges d'administrateur qui pourraient revenir au groupe chinois.

Pour convaincre les deux fonds majoritaires de ne pas vendre leurs actions, Sébastien Bazin, p.-d.g. d'Accorhotels, doit leur prouver qu'il peut faire repartir le cours du groupe en Bourse. Une course contre la montre s'engage, puisqu'au prochain conseil d'administration de l'hôtelier français, en juillet, entreront deux nouveaux actionnaires liés au rachat du groupe FRHI : le fonds Qatar Investment Authority, qui détiendra 10,5 % des parts, et une société saoudienne qui en possédera 5,8 %. De quoi diluer l'importance que cherche à prendre Jin Jiang au sein d'Accorhotels.


Catherine Avignon
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Tours de main
par Marcel Mattiussi
Services