×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Calculer la rentabilité d'un spa

Hôtellerie - mercredi 9 septembre 2015 15:29
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

La question est essentielle pour la validation définitive du projet, tant pour l'investisseur que pour ses partenaires ou ses financiers



Intelligemment conçu et géré, un spa devient un véritable centre de profit et une valeur ajoutée pour l'hôtel.
© Thinkstock
Intelligemment conçu et géré, un spa devient un véritable centre de profit et une valeur ajoutée pour l'hôtel.


Seul un prévisionnel d'exploitation permet de calculer la rentabilité d'un spa. Pour l'établir précisément, il faut estimer son chiffre d'affaires (CA) prévisionnel. Celui-ci se compose :

- des soins à la carte ;
- des forfaits (deux ou trois soins groupés) ;
- des packages (hôtel + soins) ;
- des accès à l'espace aquatique (piscine, jacuzzi, sauna, hammam…) facturés par certains hôtels ;
- des cours ou 'consultations' (yoga, sophrologie, nutritionniste…) ;
- des abonnements ;
- de la vente de produits en boutique : cosmétiques, accessoires bien-être, objets décoratifs.

Les principales charges d'exploitation résident dans la masse salariale (entre 40 et 55 % du CA). Pour cette raison, il est important de trouver le juste équilibre entre les soins manuels nécessitant du personnel et les soins autonomes (équipements). En fonction du taux d'occupation prévisionnel, il peut être préférable d'employer du personnel en CDD ou de faire appel à des intervenants extérieurs. Contrairement à certaines idées reçues, un spa n'est pas forcément un poste déficitaire. Intelligemment conçu et géré, il devient un véritable centre de profit et une valeur ajoutée pour l'hôtel. Il faut au préalable avoir mesuré l'investissement en fonction du CA prévisionnel, avoir fait des choix d'équipements judicieux, intégrer de la flexibilité dans les contrats de travail, bien gérer les coûts d'exploitation (traitement du linge, achats de cosmétiques et de consommables), bien suivre ses ratios et vendre des produits additionnels (cosmétiques, diététiques…), à forte marge. 
 

► Le résultat d'exploitation s'équilibre ou devient bénéficiaire dès la deuxième année, hors amortissement.
Caroline Marcoux

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Covid -19 : principales aides aux CHR et mesures à respecter
par la Rédaction de l'Hôtellerie-Restauration
Services