×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Fonds de commerce

Estimer la valeur d'un fonds : l'exemple d'un restaurant à Cherbourg

Fonds de commerce - jeudi 25 juin 2015 16:00
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

50 - Manche Lors de la mise sur le marché d'une affaire, la première étape du travail du professionnel de la transaction consiste à estimer la valeur du fonds que son client souhaite mettre sur le marché. Grégory Cousin, directeur du cabinet Cousin à Cherbourg, nous livre sa méthode pour évaluer un fonds de restaurant traditionnel dans la région.



Grégory Cousin, directeur du cabinet Cousin à Cherbourg.
Grégory Cousin, directeur du cabinet Cousin à Cherbourg.

-> La méthode du chiffre d'affaires : incontournable mais insuffisante  

La valorisation du fonds de commerce par rapport au chiffre d'affaires hors taxes (CA HT) est un indicateur simple et le professionnel de la transaction y a traditionnellement recours. "Mais cette valorisation n'est pas le moyen le plus pertinent pour établir une valeur de marché car un fonds de commerce peut très bien dégager un chiffre d'affaires important tout en étant déficitaire. Dans la région de Cherbourg, on constate qu'en moyenne, un fonds de restauration traditionnelle s'évalue à 60 % du CA HT moyen des trois dernières années", précise Grégory Cousin.

 

->  Évaluation par l'EBE reconstitué

La seconde étape consiste à retraiter l'excédent brut d'exploitation (EBE) du fonds de commerce tel qu'exploité par les cédants, pour calculer l'EBE sur la base duquel les acquéreurs potentiels pourront se projeter. "On calcule tout d'abord l'EBE moyen des trois dernières années. De manière générale, il s'agit du résultat d'exploitation auquel on va ajouter les dotations aux amortissements. Ensuite, cet EBE va être retraité, c'est-à-dire qu'on va lui ajouter ou lui retirer des éléments propres à la situation des vendeurs. Par exemple : salaires des dirigeants, variation du loyer, travaux exceptionnels, recettes exceptionnelles…, explique le directeur du Cabinet Cousin. Actuellement, à Cherbourg, on estime qu'un fonds de restaurant traditionnel se valorise en moyenne à 3 fois l'EBE retraité", poursuit-il.

 

Une appréciation unique pour chaque affaire

Ce coefficient peut parfois varier selon les éléments physiques qui caractérisent le fonds et le rend unique. "Grâce à notre expérience, nous allons savoir quelle importance donner à la situation géographique de l'affaire, c'est-à-dire son emplacement et son environnement, à la qualité des agencements, aux horaires d'ouverture, au poids du loyer", complète Grégory Cousin. 

 

->  Évaluation par le marché

"Une autre méthode consiste à déterminer une valeur à partir de la comparaison des prix de cession qui se sont pratiqués sur un secteur donné. Cette méthode pourra tenir compte de la valeur patrimoniale du fonds de commerce, qui est la somme de tous les éléments qui le compose : droit au bail, matériel, clientèle, personnel, outillage, licence, contrats, agencement du commerce…", ajoute le spécialiste

 

L'exploitation est-elle viable à ce prix ?

L'exploitation de ce restaurant offre-t-elle des conditions de vie suffisamment confortables pour être attrayante, comparé aux affaires actuellement sur le marché ? En fonction de la réponse, le spécialiste de la transaction va proposer d'ajuster le prix de cession. Le propriétaire du fonds de commerce reste le seul à décider à quel prix il souhaite mettre en vente son bien. Toutefois, s'il décide de fixer un prix de cession plus élevé que le prix recommandé par le professionnel de la transaction, il prend le risque de voir s'allonger les délais pour trouver l'acheteur qui mènera à la réalisation de la transaction.


Tiphaine Beausseron
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Reprendre un hôtel : évitez les embûches
par Stéphane Corre
Services