×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Emploi

Lettre de motivation : les dix erreurs qui gâchent tout

Emploi - mercredi 17 mai 2017 10:03
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

75 - Paris Certains recruteurs attachent beaucoup d'importance au contenu de la lettre, qu'il ne faut donc pas négliger.



Veillez à vous relire ou à vous faire relire.
Veillez à vous relire ou à vous faire relire.

Contenu cohérent et vivant, zéro faute d'orthographe, mise en page impeccable : le CV était parfait. Malheureusement, beaucoup de candidats ont tendance à bâcler la lettre de motivation qui l'accompagne, alors que celle-ci fait partie intégrante d'une candidature. Ils ont tort : si certains recruteurs ne s'y attardent pas, d'autres en revanche y attachent beaucoup d'importance. 

Ainsi, lorsque vous rédigerez la vôtre, tâchez de ne jamais commettre ces dix erreurs :

- Une lettre de motivation au mauvais format : si elle est trop courte, le recruteur le prendra mal. Trop longue, il aura tendance à piquer du nez. Restez donc sur le format classique d'une page.

- Omettre de s'adresser à la personne stipulée dans l'annonce : jugé 
au mieux comme de l'inattention, au pire comme de la maladresse, soyez extrêmement vigilant sur ce point.

- Une lettre datée d'il y a six mois : hum… comment dire ? Dommage, ça n'aurait pas dû arriver.

- Des fautes d'orthographe à la pelle : inutile de préciser que c'est très mal vu !

- Une mise en page fantaisiste : savoir découper les paragraphes, c'est prouver que l'on structure sa pensée. Aérer son propos, c'est montrer qu'on a les idées claires. Aligner un texte, c'est afficher son perfectionnisme.

- Le manque de formule de politesse : si cela peut sembler désuet, ces formules marquent pourtant votre considération à l'égard du recruteur. C'est bien le minimum que vous lui devez, lui qui épluche depuis des heures des centaines de candidatures.

- Avancer des qualités et compétences sans les prouver : si on peut tout à fait affirmer sans fausse modestie que l'on possède certains atouts, il faut en revanche les étayer par des exemples précis. Les employeurs veulent du concret !

- N'avoir qu'une seule lettre type pour toutes vos candidatures : grossière erreur, immédiatement décelable par un recruteur. Ce dernier saura apprécier une lettre de motivation personnalisée.

- Se survendre : cela vous fera immanquablement passer pour un prétentieux. Tâchez de rester humble et é
vitez les formules excessives. 

- Mentir : c'est 
évidemment rédhibitoire. On met en valeur son parcours, on ne déforme pas la réalité à son avantage. D'ailleurs, chez un recruteur qui a de l'expérience, ce genre d'erreur se décèle assez rapidement lors de l'entretien d'embauche. Mieux vaut rester soi-même. 


Mylène Sacksick
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Spa : check-list pour ouvrir
par Perrine Edelman
Services