×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Conjoncture

Nice : l'horreur du 14 Juillet

Conjoncture - vendredi 15 juillet 2016 16:24
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

nice (06) L'attentat de la promenade des Anglais, qui a fait au moins 84 victimes, a frappé la ville en son lieu emblématique, un soir de liesse populaire. Habitants et touristes sont sous le choc mais la solidarité a été immédiate.



C'est aujourd'hui la consternation sur la Côte d'Azur et à Nice tout particulièrement où, hier vers 23 heures, un camion fou a tout renversé sur son passage, sur environ deux kilomètres du trottoir puis de la chaussée sud de la promenade des Anglais. Des milliers de spectateurs s'y étaient massé pour assister au feu d'artifice du 14 juillet. Le bilan provisoire fait état de 84 morts et d'une cinquantaine de blessés entre la vie et la mort. Ce périmètre, notamment face à l'hôtel Negresco, au Palais de la Méditerranée, aux hôtels Méridien et Beaurivage, est toujours fermé ce vendredi, interdit pour les besoins de l'enquête, alors qu'un silence impressionnant a gagné le bord de mer et une grande partie de la ville, où s'est rendu le président de la République, François Hollande.

Scènes de panique et hôtels-refuges

Des scènes de panique se sont multipliées un peu partout sur la promenade des Anglais, spectateurs et touristes courant en tous sens, certains fuyant dans des rues adjacentes, d'autres cherchant refuge dans les bars, restaurants et hôtels. Plusieurs personnes se sont même jetées à l'eau, tentant de gagner des plages privées situées le plus loin possible des lieux de l'attentat. À Castel Plage, Ali Abdelhafidh a, comme ses confrères, recueilli et apaisé clients et personnes extérieures terrorisés.

Le témoignage de Thierry Thiercelin, propriétaire à Nice du Hi Hotel et de la Hi Plage, située non loin de l'endroit où le camion a commencé sa course meurtrière, est à cet égard symptomatique de la peur collective : "Nos clients étaient heureux et nous affichions complet depuis la fin d'après-midi. Soudain, il y a eu un fracas terrible, des cris puis cette vision d'horreur que je n'oublierai jamais lorsque je suis monté à l'entrée de mon établissement. (...) Les gens sautaient depuis le mur sur notre pergola, se réfugiaient dans les cuisines ou s'enfuyaient sur la plage, croyant éviter des tirs d'éventuels terroristes. Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour préserver nos clients et tous ceux qui cherchaient un abri mais nous vivions le chaos et la terreur."

Tous les témoignages vont dans le même sens, notamment à l'Hôtel Negresco où le directeur, Pierre Bord, a organisé accueil et réconfort des personnes blessées ou en état de choc. Au Palais de la Méditerranée, devant lequel le camion a pu être stoppé, et à l'Hôtel Méridien, les gens se précipitaient jusque dans les étages.

Dignité et entraide

À cet instant, la compassion, l'entraide et la solidarité l'emportent chez les professionnels de l'hôtellerie et de la restauration de Nice et de la région. "Il y a une dignité et une solidarité remarquables, que ce soit au sein de nos établissements ou de la part de nos clients dans leur immense majorité, que nous nous employons à rassurer, dit Denis Cippolini, président du Syndicat des hôteliers de Nice-Côte d'Azur. Nous enregistrons certes des appels inquiets et des annulations mais le temps du bilan et de la prospective n'est pas venu. Cette mobilisation me fait chaud au coeur et elle s'amplifiera j'en suis sûr dans les jours prochains. J'ai mal à Nice, j'ai mal à la France, mais je suis confiant !"

Jacques Gantié
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Implanter et gérer votre restaurant
par Jean Gabriel Du Jaiflin
Services