×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Page d'accueil
 Sommaire
du 28 septembre 2006
RESTAURATION

COUP DE TONNERRE À LILLE (59)

L'ESPLANADE LIQUIDÉE

L'un des jeunes étoilés de la métropole nordiste a perdu sa table. L'associé majoritaire a mis fin aux pertes.

Christophe Scherpereel, artiste provisoirement privé de piano. Anthony Chevallier, professionnel du vin et de la restauration, homme d'affaires avant tout.

Depuis 3 mois, le restaurant l'Esplanade à Lille est liquidé. Un coup de tonnerre dans un ciel étoilé de fraîche date. Après avoir perdu successivement Robert Bardot et Ghislaine Arabian dans les années 1990, Lille, à côté du solide mais alors esseulé L'Huîtrière, avait retrouvé le chemin des étoiles du guide Michelin avec Jean-Luc Germond (Le Sébastopol), Christophe Scherpereel (L'Esplanade), et dernièrement Benoît Bernard (La Laiterie). La perte de l'Esplanade est "une affaire compliquée", commente Anthony Chevallier, associé avec Christophe Scherpereel dans le lancement de l'affaire. Dans ce duo, Christophe, jeune chef en pleine ascension après quelques années à la tête du très petit Cheval Blanc, veut faire exploser son talent. Confiant dans ce talent, Anthony Chevallier investit lourdement. Sommelier de formation, il est en fait l'homme d'affaires de l'équipe, déjà assis après quelques années sur le double succès de son entreprise de négoce de vins, et du bar à vins La Part des Anges, concept décliné 2 fois à Lille. Les débuts sont encourageants, et même davantage. Les inspecteurs du Michelin sont convaincus très rapidement. En 2004, le macaron est gagné. Le macaron, mais pas suffisamment de clients… Les affaires deviennent difficiles. Anthony Chevallier investit pour la gloire peut-être, mais pas pour éponger les pertes. Il décide d'en finir. "Il y avait des problèmes de relationnel. Des erreurs dans l'exploitation. Des ratios pas convenables. Trop de personnel pour le résultat. Un temps d'ouverture insuffisant. Finalement, une démotivation. Il faut travailler énormément pour défendre une étoile et gagner de l'argent", commente-t-il. Christophe Scherpereel nous a annoncé lui-même la mauvaise nouvelle en juin dernier. Trop tôt pour évoquer un éventuel projet pour rebondir.
Alain Simoneau zzz22v

Article précédent - Article suivant


Vos questions et vos remarques : Rejoignez le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article

L'Hôtellerie Restauration n° 2996 Hebdo 28 septembre 2006 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration