Actualités

Page d'accueil
 Sommaire
du 23 février 2006
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE

VOLAILLES CONFINÉES, VACCINÉES OU ÉLIMINÉES

GRIPPE AVIAIRE : NE NOUS ALARMONS PAS

Pour éviter tout risque de contamination des volailles et gibiers par le virus de la grippe aviaire H5N1, le gouvernement français a imposé les dernières recommandations de l'Afssa* sage décision après la découverte en France d'un canard sauvage porteur du virus à Joyeux (Ain). Par ailleurs, l'Union européenne a renforcé son dispositif de lutte contre la propagation de cette épizootie. À ce jour, il n'existe aucun risque de consommer de la volaille d'autant que le virus ne résiste pas aux températures de cuisson. Inutile de s'alarmer.


La France, comme plusieurs autres pays, adhérents ou non à l'UE, a décidé d'imposer sur tout le territoire métropolitain le confinement des volailles élevées en plein air ou en liberté.

L'apparition d'élevages contaminés par le virus H5N1 au Nigeria, en Roumanie, et la découverte tout dernièrement de cygnes et d'oies infectés en Grèce, en Italie, en Autriche, en Égypte, en Inde, en Allemagne et en France, le week-end dernier, avec la découverte d'un canard sauvage contaminé à Joyeux, dans l'Ain, ont conduit l'Afssa* à imposer le confinement général des volailles et gibiers élevés en plein air ou détenus par des particuliers. En effet, par leurs fientes, par le simple fait de s'abreuver dans un point d'eau situé dans un élevage de volailles en plein air ou de se nourrir dans les mangeoires, les oiseaux sauvages infectés représentent des vecteurs importants de contamination. L'Afssa a également préconisé la vaccination de tous les canards et oies d'élevage dans 3 départements : Landes, Loire-Atlantique et Vendée. "Ces départements, explique Chiara Penzo, directrice générale de l'Afssa au Nouvel Observateur, sont considérés à risque particulier car, d'une part, il s'agit de zones à forte densité d'élevage, notamment de canards prêts à être gavés pour lesquels le confinement n'est techniquement pas applicable, et d'autre part, parce que ces zones humides sont particulièrement attirantes pour les oiseaux sauvages qui peuvent présenter un risque aggravé de contamination." Mais à ce jour, la Commission européenne a émis des réserves d'ordre scientifique et économique concernant ces vaccinations. En vertu du principe de précaution, le gouvernement a décidé d'étendre le confinement déjà appliqué dans 58 départements à l'ensemble du territoire métropolitain et de faire vacciner les volailles dans les 3 départements à risque élevé. À ce jour, l'Allemagne, les Pays-Bas, le Luxembourg, le Danemark, la Suède, la Pologne, la République tchèque et l'Estonie, mais aussi la Norvège et la Suisse, ont également décidé du confinement général des volatiles. L'Union européenne estime que c'est aux États membres d'en décider.

Une seule volaille contaminée et tout l'élevage est détruit
Par ailleurs, les experts en santé animale de l'Union européenne ont approuvé la semaine dernière un plan prévoyant davantage d'aides pour la surveillance des oiseaux sauvages, ainsi que le renforcement de l'embargo sur les plumes non traitées. Ils ont défini des mesures pour la protection du personnel travaillant dans les élevages de volailles. Enfin, ils ont décidé que si la grippe aviaire - qui ne touche à ce jour que des animaux sauvages - infectait ne serait-ce qu'une seule volaille dans un élevage, la totalité des volailles de cet élevage, ainsi que tous les oeufs, devront être détruits. Sont également mis en place une zone de protection d'un rayon de 3 km autour du lieu où aura été trouvée la volaille malade, comme à Joyeux, et une zone de surveillance d'un rayon de 10 km supplémentaires. "Il est compréhensible que le public soit inquiet, a indiqué le commissaire européen à la Santé, Markos Kyprianou. Mais il ne doit cependant pas être excessivement alarmé puisque toutes les mesures nécessaires sont et continueront à être prises. Nous devons apprendre à vivre avec des éruptions périodiques de grippe aviaire sur des oiseaux sauvages." Rappelons que les services vétérinaires français sont reconnus comme les plus performants d'Europe : 8 600 vétérinaires praticiens titulaires d'un mandat sanitaire assurent un rôle de surveillance pour les services vétérinaires sur l'ensemble du territoire, tout au long de la chaîne de production, des élevages à la distribution, et 4 500 agents des services vétérinaires du ministère de l'Agriculture et de la Pêche, dont ceux installés aux 33 postes d'inspection frontaliers français, contrôlent la bonne application des mesures d'interdiction d'importations de volailles, de viandes ou de plumes en provenance d'autres pays infectés par le virus H5N1 ou d'autres types de virus d'influenza. Enfin, pour rassurer les convives, il faut rappeler que le virus H5N1 est sensible à la chaleur et qu'il ne résisterait pas à la température de cuisson des volailles.
Bernadette Gutel
zzz44s

*Afssa : Agence française de sécurité sanitaire des aliments.

Sur les ondes et par mailing
Le CIV informe les consommateurs et les restaurateurs

Mandaté par le ministère de l'Agriculture pour contribuer à l'information des consommateurs sur l'influenza aviaire, le Centre d'information des viandes (CIV) renforce sa campagne d'information commencée en 2005.
• Sur les radios sont diffusés des messages de Monique Eloit (directrice générale adjointe de l'alimentation) sur la consommation de volaille ; Philippe Vannier (directeur de la santé animale de l'Afssa) sur les mesures prises en matière de protection des animaux afin de garantir la qualité sanitaire des produits ; Monsieur Tauziat (éleveur) sur le suivi des animaux et la traçabilité ; Louis Orenga (directeur du CIV) pour expliquer la nécessité de poursuivre cette campagne d'information.
• Par mailing, une brochure intitulée Influenza aviaire ou grippe aviaire, en savoir plus* est en cours de diffusion auprès du grand public, des principaux décideurs de la restauration hors domicile et
des élus locaux.

Pour en savoir plus sur la grippe aviaire, vous pouvez également avoir accès à des questions-réponses préenregistrées en téléphonant au 0 800 292 292 (gratuit), en consultant le site www.civ-viande.org proposant des informations plus détaillées et des liens vers d'autres sites internet référents sur ce sujet, notamment le site interministériel
www.grippeaviaire.gouv.fr

*Pour recevoir gratuitement la brochure Influenza aviaire ou grippe aviaire, en savoir plus, formulez votre demande via le site internet du CIV www.civ-viande.org ou par voie postale à l'adresse suivante :
CIV
64 rue Taitbout
75009 Paris

 

Pour en savoir plus sur les volailles Label Rouge
Un guide édité par le Synalaf*

Les volailles fermières Label Rouge élevées en plein air ou en liberté doivent être confinées partout en France métropolitaine. Leurs mangeoires et leurs abreuvoirs ne sont, de toute façon, plus à l'extérieur pour éviter d'attirer des oiseaux sauvages, donc d'éventuelles contaminations par le virus de la grippe aviaire. De plus, elles sont sous étroite surveillance vétérinaire. Le réseau vétérinaire d'épidémio-surveillance en France est en effet très serré. En ce qui concerne les volailles fermières Label Rouge, une réglementation européenne parue au Journal officiel de la Communauté européenne fin 2005 donne, pendant une période maximale de 12 semaines, la possibilité de conserver ce label. "Mais, tient à préciser le Synalaf*, le parcours en plein air ou en liberté n'est qu'un seul des critères qui donnent droit au Label Rouge. Il faut rappeler que les volailles Label Rouge sont de races rustiques à croissance lente qui reçoivent une alimentation équilibrée et végétale à 100 %, à base de céréales (plus de 75 %), et que la durée d'élevage est plus longue (81 jours minimum) que pour les volailles certifiées (56 jours) et les volailles standard (de 35 à 40 jours). Tous ces critères ajoutés à une épidémio-surveillance renforcée font des volailles fermières Label Rouge des volailles de qualité supérieure et saines."
Le Synalaf vient d'éditer un guide pour les professionnels de la restauration pour leur apporter un maximum d'informations sur la filière avicole Label Rouge et les produits proposés.

Si vous souhaitez recevoir gratuitement ce guide, passez votre commande sur le site
www.synalaf.com
ou par téléphone au 01 45 69 69 00.
*Synalaf : Syndicat national des labels avicoles de France.

Article précédent - Article suivant


Vos questions et vos remarques : Rejoignez le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article

L'Hôtellerie Restauration n° 2965 Hebdo 23 février 2006 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration