×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Page d'accueil
 Sommaire
du 9 février 2006
HÉBERGEMENT

UN CONCEPT VERSION ÉCONOMIQUE

L'Hôtel Mercure présente son nouveau bar

Bordeaux-Lac (33) Le Bar de l'Échanson de l'Hôtel Mercure Le Lac a été inauguré jeudi 26 janvier.


Dans un décor contemporain, la restauration est désormais recentrée du côté du bar et le soir uniquement.

Sans être à proprement parler un Bistrot de l'Échanson, formule de restauration imaginée fin 2003 à Nantes par l'enseigne Mercure, il s'agit ici d'une déclinaison du concept, version économique. Relooké et habillé de couleurs, le comptoir-bar à l'entrée s'est enrichi de tables pour une capacité totale de 25 couverts ainsi que d'un buffet de crudités, charcuterie et fromages (entre 12 et 20 E). Quatre plats dont un plat du jour à 14 E complètent l'offre. La carte des vins reste celle de tous les établissements Mercure, avec de belles invitations proposées à la bouteille, à la carafe ou au verre. Besoin d'un conseil ? Dominique est Échanson d'argent. Ouverte uniquement le soir, la restauration a par la même occasion allégé les charges de personnel tout en rationalisant le travail. "Grâce à ce positionnement, je n'ai plus de problème de gestion de personnel en cuisine", souligne Jacques Picon, le directeur de cet établissement de 100 chambres. Effectivement, désormais seul derrière les fourneaux, le chef Robert Maguis démarre à 7 heures pour préparer les plats qui seront régénérés le soir par les serveurs ; lui aura débauché vers 16 heures. Ceci dit, ce chef de l'ancienne génération - il a 54 ans - s'attache à réaliser une cuisine traditionnelle, n'utilise pas des produits de 5e gamme, s'amuse d'une blanquette, d'un bif bourguignon… ne transige pas avec la qualité. Sur le buffet, les fromages sont de Jean d'Alos (la référence en la matière sur Bordeaux), les huiles d'olive sont choisies avec soin (Olivier & Co). "Ce nouveau type de restauration, surtout ouvert à la clientèle de l'hôtel, apporte une nouvelle animation en soirée. En outre, nous avons réduit de moitié le room service", se félicite le directeur.
La rationalisation n'a eu que du bon. Libéré, l'ancien restaurant de 150 couverts se recentre sur le petit-déjeuner et le banqueting.
Brigitte Ducasse zzz36v

Article précédent - Article suivant


Vos questions et vos remarques : Rejoignez le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article

L'Hôtellerie Restauration n° 2963 Hebdo 9 février 2006 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration