×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

à la uneMichel Guérard

Le pionnier créatif

Que ce soit en cuisine, dans ses hôtels, dans ses vignes, ou encore à travers sa fonction de consultant du groupe Nestlé, Michel Guérard n'a de cesse d'innover. A 68 ans, l'inventeur de la cuisine minceur fait peut-être moins parler de lui, mais il s'active tout autant, et quelques-uns de ses élèves sont parmi les meilleurs cuisiniers du monde.

m Brigitte Ducasse

MichelGuerard.JPG (3866 octets)
A 68 ans, Michel Guérard a tout obtenu : la reconnaissance, le respect de ses pairs et la prospérité.

Le pas est toujours pressé, l'œil souvent espiègle, la silhouette impeccable et le teint aussi frais que les roses de son jardin. Michel Guérard respire la félicité. Dans son domaine d'Eugénie, où sa notoriété a désormais dépassé celle de l'impératrice, il vous entraîne d'un pas alerte vers sa dernière trouvaille. Un ascenseur entièrement vitré, aménagé dans le luxueux Relais & Châteaux, permet de savourer la quiétude du site. Au sommet, plongeon dans le jardin des délices, un monde à part. Quelques hôtes s'attardent à la terrasse du restaurant gastronomique des Prés d'Eugénie. D'autres se prélassent autour d'une délicieuse piscine noyée dans la verdure. Derrière une frondaison d'arbres, se dessine dans son habit rural du XVIIIe siècle landais la Ferme Thermale d'Eugénie, lieu de cures de remise en santé personnalisées. Pour cerner l'étendue du domaine, il faudra cheminer dans les jardins et les bosquets. Des sentiers follets bordés d'aromates mènent au Couvent des Herbes et à ses chambres-salons exquises, à la Maison Rose, riante guest-house à la française, ou encore vers les Logis de la Ferme aux Grives, maison de maître pour les amoureux d'indépendance et de raffinement extrême. Elle côtoie le restaurant la Ferme aux Grives, une perfection d'auberge d'autrefois, imaginée pour séduire la clientèle locale. Dans ce village dédié au bien-être, 190 personnes sont au service d'une clientèle qui vient des quatre coins du monde (35 % d'étrangers). Entre les trois restaurants, le Relais & Châteaux et ses satellites, et le centre thermal classique qui accueille chaque jour 500 curistes, le chiffre d'affaires atteint les 72 millions de francs hors taxes.
Ce resort, unique dans sa conception, a été forgé patiemment depuis 1974, date à laquelle Michel Guérard quittait son restaurant Le Pot-au-Feu dans la région parisienne, ses 2 étoiles Michelin, afin de démarrer une autre aventure avec son épouse Christine Barthélémy. Le centre de cure thermale que dirige alors l'héritière de la Chaîne Thermale du Soleil avait besoin d'un nouveau souffle. Elle a trouvé son maître.

LaFermeThermale.JPG (7289 octets)
La Ferme Thermale, lieu de cures personnalisées.

A l'aise dans toutes les situations
"Personne ne connaissait Eugénie-les-Bains, ce petit village landais de 500 âmes, analyse Michel Guérard. Si nous voulions réussir, il fallait réaliser un établissement incontournable. Nous étions condamnés à évoluer." De là à inventer la cuisine minceur tout en imposant sa cuisine gourmande, il n'y avait qu'un pas, fruit d'un long parcours professionnel fait de courage, de ténacité et d'audace.
A 14 ans, à la veille de rentrer au lycée, l'élève Guérard a trouvé sa vocation. Il veut être médecin. Bouchers près de Rouen, ses parents le privent de cet espoir. Par mesure d'équité, dans la mesure où son frère n'avait pu faire d'études (à cause de la guerre), lui non plus n'en ferait pas. Michel rêvait encore de devenir comédien. Chanteur dans un orchestre de copains, acteur dans le cadre du patronage local, l'adolescent se serait bien vu toute une vie durant sur les planches. Puisqu'il fallait trouver autre chose, il optera finalement pour le métier de pâtissier : "J'étais émerveillé par cette réaction physicochimique de la pâte qui se lève à la cuisson. Je trouvais cela magique." Et puis il y avait les merveilleux gâteaux de sa grand-mère, Aimée Boulanger, Boulanger comme le nom de l'inventeur du premier restaurant à Paris, un homme né également un 27 mars ! Etonnante coïncidence.
A Mantes-la-Jolie où ses parents déménagent, il entre chez Kléber Alix, pâtissier-traiteur. Trois années d'apprentissage d'une dureté extrême. Mais Michel Guérard ne veut retenir que les bons côtés.

BouteillesGuerard.JPG (4746 octets)
Signées Michel Guérard, les bouteilles Baron de Bachen ou Château de Bachen pour le blanc sec, ou Rosa la Rose pour le rosé, sont réservées à la restauration.

Les plus belles maisons de la capitale
"Son apprentissage était universel. Il m'a permis d'être ensuite à l'aise dans toutes les situations. C'était un excellent pâtissier qui s'évertuait à créer un nouveau gâteau chaque semaine. Et comme il était traiteur, j'ai touché à tout. Les escargots arrivaient vivants. Pour faire des quenelles, on tuait un veau. La nuit, il m'amenait traquer le gibier, on chassait au phare, on distillait en fraude, tout ce qui était interdit."
Michel obtient son CAP et décroche le premier prix au concours d'Apprenti pâtissier de Paris. Lors de la remise des diplômes, un homme est dans la salle, il est Meilleur ouvrier de France et s'appelle Jean Delaveyne. Cette rencontre sera décisive, le jeune diplômé ne le sait pas encore...
Première maison, l'Hôtellerie du Cygne à Totes, 2 étoiles au guide Michelin. Puis 28 mois sous les drapeaux. Basé à Cherbourg, le soldat cuisinier met à profit son temps libre pour dévorer les livres de cuisine, mais pas seulement. "Je ne voulais surtout pas perdre mon temps." Déjà un boulimique de la vie ! A peine libéré, il décroche le poste de chef pâtissier au Crillon. Il a tout juste 24 ans, découvre l'organisation très hiérarchisée des grandes brigades et le mépris des cuisiniers envers les pâtissiers. Mais le jeune homme sait déjà s'imposer. Un jour, il somme le chef saucier qui se montrait particulièrement arrogant de frapper désormais avant d'entrer dans son laboratoire. "Du jour au lendemain, nos rapports ont totalement changé. Un respect mutuel s'est instauré, et nous sommes devenus amis. Il m'a appris une autre manière de cuisiner." Auréolé de son titre de Meilleur ouvrier de France (il est arrivé premier), Michel grimpe encore une marche. Le voici au Lido, un univers taillé pour le comédien qu'il aurait voulu être et pour le cuisinier qu'il allait devenir, car son contrat stipule qu'il se chargerait de faire la cuisine pour les propriétaires lorsque ces derniers inviteront dans leur propriété.
"Au Lido, j'étais dans mon élément avec cette ambiance de fête. J'ai assouvi quelque part ce qui m'avait échappé. Je m'amusais comme un fou." Une époque heureuse, vécue dans l'insouciance. L'époque où se nouent des amitiés indéfectibles, Jean Delaveyne, Paul Bocuse, les frères Troisgros...
Au bout de 6 ans, Michel Guérard décide de "redevenir sérieux" et de s'installer à son compte. Sans le sou, le voilà réduit à acheter 20 000 F, à la bougie, et sans l'avoir vu, un établissement situé en banlieue, à Asnières. Quand il découvre le lieu, c'est la consternation. L'endroit est infâme et le quartier glauque. Il bricole un sympathique décor campagnard et ouvre Le Pot-au-Feu en juin 1965. Les débuts sont décourageants et ce n'est pas faute de se dépenser. Paradoxalement, c'est durant cette période de vache maigre que naît déjà en filigrane le concept de cuisine minceur. "Comme Le Pot-au-Feu ne suffisait pas pour rembourser le banquier, je réalisais des plats minceur pour les clientes d'une amie qui venait d'ouvrir un salon de coiffure, rue Montaigne. J'avais baptisé ce restaurant improvisé La Ligne. C'était l'époque où l'on commençait à parler de régime et de diététique."

OlivierBruland.JPG (4183 octets)
Michel Guérard avec son chef Olivier Brulard.

L'ascension
En attendant la vraie révolution, Michel Guérard s'épuise au point d'envisager, 6 mois plus tard, de mettre le mot fin à son aventure. C'est alors que Jean Delaveyne lui donne ce conseil définitif. "Il m'a donné une leçon. 'Michel tu vas crever. Alors crève en beauté et fait ce que tu as envie de faire'." C'est le déclic, un changement radical de cap et le départ d'une ascension fulgurante. On se pâme devant son inventivité. Emballé, Henri Gault lance la mode. Le tout Paris accourt. Sa fameuse Salade gourmande, mélange de haricots verts, de pointes d'asperges, de foie gras en copeaux et de truffe, sera copiée à l'infini. Dans cette ambiance électrique, Michel innove encore en lançant le service à l'assiette, imaginé faute de place. En 1967, Michelin le couronne de 1 étoile. Puis d'une seconde en 1970. Deux années durant, le chef porté au pinacle tourne à plein régime. Après son service au Pot-au-Feu, il enchaîne au Reginskaïa, le restaurant russe de Régine. C'est ici qu'il rencontre sa future épouse venue le remercier de lui avoir envoyé un cuisinier pour son établissement thermal d'Eugénie-les-Bains. Lorsque Michel envisage de quitter Le Pot-au-Feu, c'est ensemble qu'ils partent en quête d'une nouvelle affaire. Chez Laurent, devant l'indigence du service, l'idée naît du service à la cloche. "On s'était aperçu que les plats qui sortaient de la cuisine étaient parfaits ; arrivés sur les tables, ils étaient froids." Maxim's, symbole du luxe absolu, leur passe sous le nez, raflé par le grand couturier Cardin.
Rien ne se fait, et le temps presse : Le Pot-au-Feu doit être exproprié. Tout concourt pour attirer Michel Guérard dans ce coin de Chalosse à Eugénie-les-Bains, la station spécialisée, entre autres, dans les problèmes de poids. En découvrant les curistes attablés devant leurs tristes carottes râpées, le cuisinier gourmand ne peut qu'imaginer autre chose. "Je me suis souvenu de ce que je faisais à La Ligne avenue Montaigne." C'est alors qu'est née la cuisine minceur : la clientèle accourt pour maigrir avec plaisir. Son livre La grande cuisine minceur s'arrache.
Mais il n'y a pas que les candidats au poids plume qui se sont montrés intéressés par des menus à la fois légers, gourmands et beaux à voir. En 1996, le président de Nestlé débarque à Eugénie. Il recherche quelqu'un qui saurait apporter une dose de créativité à ses produits, du romantisme aux surgelés. "Je suis allé visiter leur centre de recherche à Beauvais, et j'ai senti immédiatement que j'allais énormément apprendre sur la chimie alimentaire, que cela ne pourrait que me faire progresser." C'est ainsi que Michel Guérard est devenu le premier chef français à travailler main dans la main avec un industriel. Car la fonction de consultant international Nestlé pour les produits Findus, Chambourcy, Gervais... est loin de se résumer à un nom vendeur apposé sur un produit. La collaboration est entière, la recherche partagée, si bien d'ailleurs que Michel Guérard a pu mettre au point son dernier concept, 'une cuisine minceur active' (marque déposée), qui tient compte des besoins énergétiques tout en chassant les calories.
Aujourd'hui, Michel Guérard possède plusieurs casquettes - il est, entre autres, directeur général de la Compagnie française du thermalisme -, mais la cuisine reste au cœur de ses préoccupations. Et il s'interroge : "Qui fera la cuisine française de demain ? Aujourd'hui, les lycées hôteliers, sans enlever de leurs qualités, ne répondent pas à ce problème. On veut tout enseigner. Résultat, quand un jeune arrive chez nous, il faut tout lui apprendre. Et au bout d'un an, il s'en va. C'est une erreur. Sans avoir assimilé les bases classiques, on se condamne à ne pas pouvoir évoluer." Ducasse, Bulot, Chibois, et bien d'autres passés à Eugénie, ont bien retenu la leçon.
Ce constat fait, le parrain de toute une génération conclut sur une note d'optimisme : "Je préfère garder l'espoir. Je me dis que tout est cyclique." Sur ces mots, il file en cuisine rejoindre son chef Olivier Brulard, un nom à retenir. n zzz22 zzz18p

ChateauDeBachen.JPG (4692 octets)
Le Château de Bachen.

Bio express

1933
Naissance à Vétheuil (Val-d'Oise)

1950
Apprenti pâtissier chez Kléber Alix

1958
Meilleur ouvrier de France pâtisserie

1965
Achat à la bougie de son premier restaurant baptisé Le Pot-au-Feu (2 étoiles Michelin 5 ans plus tard)

1974
Mariage avec Christine Barthélémy et début de l'aventure à Eugénie-les-Bains

1976
Publication de La grande cuisine minceur et début de la collaboration avec Nestlé en tant que consultant international

1977
3e étoile au guide Michelin pour les Prés d'Eugénie

1983
Acquisition du domaine historique du Château de Bachen
Le vignoble sera replanté 2 ans plus tard

1996
Création de la première Ferme Thermale (nom déposé)

1999
Acquisition des Maisons Marines d'Huchet, un prolongement des Prés d'Eugénie sur l'Atlantique

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'Hôtellerie n° 2738 Magazine 4 Octobre 2001

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration