×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Hommes & entreprises

succès et difficultés

A Mauzac près de Toulouse

L'aventure du Moulin des Roches

Ouvrir un cabaret à Mauzac, un petit village de 700 âmes à 20 minutes de Toulouse, le pari était osé. Trois ans plus tard, Le Moulin des Roches est devenu une véritable PME dont la notoriété dépasse les limites de la région.

C'est en partant de ce constat, "les gens en ont assez des restaurants où il ne se passe rien. Pour moi, la restauration traditionnelle est en perte de vitesse", que Stéphane Louis, l'enfant de Mauzac qui se souvient encore des parties de lyonnaise qu'il disputait avec les anciens, a créé il y a trois ans un cabaret en plein cœur de son village. Mauzac, connu par les amateurs de randonnées pédestres, ne compte guère plus de 700 habitants et dispose d'un petit nombre de commerçants : une boulangerie-épicerie, une boucherie ouverte 2 jours par semaine et un coiffeur. A 14 ans déjà, Stéphane Louis travaillait en tant qu'extra pour le bar-restaurant La Grainerie. "Je rêvais alors de racheter l'établissement." Quelques années plus tard, quand l'occasion se présente, Stéphane Louis n'hésite pas à se lancer et conserve toute l'équipe (le maître d'hôtel, le cuisinier et l'aide cuisinier). Il y avait à l'étage cette salle de 180 m2 qui servait de grenier. "Je me suis dit qu'il fallait faire quelque chose qui sorte de l'ordinaire. Le maître d'hôtel m'a alors suggéré d'utiliser cette salle qui peut accueillir 130 personnes." L'idée fait ensuite son chemin, et Stéphane Louis investit 2 MF. En 1998, il ouvre un restaurant-cabaret et recrute des professionnels : quatre danseuses, deux danseurs, une meneuse de revue, un animateur comique, un chanteur ou une chanteuse de première partie. Avec ses 22 employés permanents, dont 8 intermittents, Le Moulin des Roches est aujourd'hui une véritable PME. "Chacun est dans sa partie, c'est pour cela que nous faisons du bon travail. Chacun a un rôle d'encadrement et est aussi artiste", souligne Stéphane Louis.

Occuper le créneau des comités d'entreprise
Le Moulin des Roches - qui consacre un budget de 100 000 F à la communication - affiche un chiffre d'affaires de 5 MF sur les trois activités cabaret, traiteur et restauration, et organise 15 à 20 spectacles par mois. "Nous nous sommes positionnés sur un bon rapport qualité/prix. Les gens n'hésitent pas à faire 100 kilomètres pour voir notre revue." Aujourd'hui, le spectacle remplit deux à trois salles par semaine. "On réussit facilement le week-end, mais la semaine est plus dure à occuper. Cependant, on est sur la bonne voie, nous sommes en progression, et dans deux ans, nous ferons facilement quatre spectacles réguliers par semaine, c'est notre but. Nous essayons de travailler au maximum avec les clubs du troisième âge. Ils représentent 20 % de notre chiffre d'affaires et viennent surtout en matinée", explique Stéphane Louis. 30 % du chiffre d'affaires est réalisé grâce aux comités d'entreprise, 20 % par les agences de voyages et les autocaristes. Le directeur du cabaret n'hésite pas à surfer sur le net. Déjà 20 % des réservations passent par le web. "Nous occupons un style traditionnel façon Moulin Rouge, nous ne proposons pas de revue transformiste." Le Moulin des Roches mise également sur l'avenir : son directeur vient de créer une société de production avec une revue itinérante pour assurer des prestations au-delà de 130 personnes. "Le produit est similaire à un spectacle de cabaret, nous fonctionnons au cachet." Dans les prochains mois, la salle va être agrandie, de même que la scène qui disposera de décors. "Il y aura du changement sur le plan visuel", promet Stéphane Louis. n


Le Moulin des Roches affiche un chiffre d'affaires de 5 MF sur les trois activités cabaret, traiteur et restauration, et organise 15 à 20 spectacles par mois.

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HÔTELLERIE n° 2721 Magazine 7 Juin 2001


zzz24
zzz70
L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration