×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

ACTUALITÉ

Saison Paris-Ile-de-France  

UN ÉTÉ MEILLEUR QUE PRÉVU

Malgré une conjoncture économique morose, et la peur de voyager depuis la crise du 11 septembre, la Ville lumière continue à séduire les touristes étrangers. Les hôtels 3 et 4 étoiles ont néanmoins souffert de la désaffection de certaines clientèles.


Toutes catégories confondues, le taux d'occupation moyen est de 75 % en juillet pour les hôteliers parisiens

"Après les attentats du 11 septembre, tout le monde s'attendait à un très mauvais été. Finalement, nous avons fait mieux que prévu", estime Paul Roll, directeur de l'Office de tourisme et des congrès de Paris (OTCP). Professionnel du secteur depuis de longues années, l'homme n'est pas du genre à embellir les situations. Il avoue volontiers que la saison estivale 2002 devrait enregistrer une légère baisse de l'ordre de 3 à 5 % du nombre de visiteurs, mais il n'en demeure pas moins objectif et positif.
Selon lui, "il faut comparer ce qui est comparable ! L'été 2001 avait été exceptionnel. Le cru 2002 sera globalement une année de stabilisation pour le tourisme dans la capitale". Et par les temps qui courent, la performance s'avère plutôt satisfaisante. Avec une quasi-parité dollar/euro, une crise boursière mondiale, une peur de voyager encore bien ancrée dans les esprits..., il y avait en effet pas mal de motifs pour inciter les vacanciers étrangers à rester chez eux.
Certains ne se sont du reste pas ou peu déplacés cette année pour visiter la Ville lumière. "Il est clair que nous avons accueilli moins d'Américains (environ - 10 %) et aussi moins de Japonais", constate Paul Roll. "Les clientèles japonaise et américaine ont indiscutablement baissé", renchérit Mme Carbonel de Paris Canal (société de promenades et croisières sur la Seine).

Pays de l'Est, Corée, Chine
D'autres nations ont par contre fait leur entrée en force dans la capitale. A commencer par les Pays de l'Est et la Corée. Sans oublier la Chine, nationalité avec laquelle il va falloir compter demain.
"La Chine va devenir un 'monstrueux' marché au cours des prochaines années", affirme le directeur de l'office. Selon les chiffres de l'OTCP, les touristes chinois seraient d'ailleurs déjà une clientèle à haute contribution en matière de shopping (parfums et vêtements). Ils auraient effectivement consacré à cette seule activité l'an passé quelque 433 e en moyenne contre 328 e pour les Américains et 133 e pour les Britanniques.
S'agissant d'hôtellerie et de restauration, la clientèle chinoise n'est pas inintéressante non plus puisqu'elle dépense aux alentours de 103 e par jour et par personne.
Reste aux professionnels parisiens de l'hébergement à séduire cette nouvelle manne. D'autant plus vite que certaines catégories d'établissements ont rencontré de sérieuses difficultés en juillet et août pour remplir leurs chambres. Si les palaces ont fait le plein avec notamment les touristes du Moyen-Orient, les 3 et 4 étoiles paraissent, eux, avoir davantage souffert. D'après un sondage effectué par l'OTCP, le taux d'occupation des hôtels 3 étoiles s'est ainsi élevé à 73 % en juillet 2002
(- 6 points) et devait atteindre les 64 % en août (- 8 points). Quant aux 4 étoiles, ils ont perdu près de 6 points en juillet et tablaient sur une baisse de fréquentation de 9 point en août.
Du côté de l'hôtellerie économique, les 0/1 étoile ont affiché un TO de 74 % en juillet et prévoyaient un petit 59 % en août, tandis que les 2 étoiles réalisaient 80 % le premier mois d'été et misaient sur 64 % pour le second.
C. Cosson zzz70

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum de L'Hôtellerie

Rechercher un article : Cliquez ici

L'Hôtellerie n° 2784 Hebdo 29 Août 2002 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration