×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Edito

RAISON GARDER...

Hier encore, les clients se contentaient "d'aller au restaurant". Ils attendaient de la maison qu'ils choisissaient un accueil agréable, un cadre confortable et une assiette de qualité. Si le prix convenait à leurs critères, ils n'hésitaient pas à venir et revenir des années durant à la même adresse. Et le restaurateur se contentait d'entretenir sa maison, sans révolutionner son service, son décor ou sa carte, pour fidéliser le plus longtemps possible sa clientèle. De là naissaient les réputations de ce que l'on appelait les "bonnes maisons". Des maisons que l'on se recommandait de génération en génération, des maisons qui étaient gérées avec sagesse, et... modération. Ces maisons ont de plus en plus de difficultés à survivre parce que les clients quand ils sortent ne se contentent plus simplement "d'aller au restaurant"... Au-delà d'un accueil agréable, d'un cadre confortable et d'une assiette de qualité, ils en veulent beaucoup plus. Ils veulent du dépaysement, ils cherchent une ambiance, un décor, une histoire, mais ils cherchent aussi à se faire reconnaître au sein d'une communauté. Le choix d'un restaurant est devenu un acte social et la maison traditionnelle d'hier a bien du mal à répondre à toutes ces nouvelles attentes.
De cette carence sont nés les concepts et les restaurants à la mode... Et de là aussi, est venue la confusion dans l'esprit de certains investisseurs qui, aujourd'hui, investissent des sommes hors de l'entendement dans la création de restaurants dont la durée de vie a toutes les chances d'être très courte, parce que c'est toujours ce qui est à la mode qui se démode le plus vite... En prenant le modèle new-yorkais, ils ont oublié que les Américains mangent toute la journée et que, de fait, la rentabilité d'une place assise est beaucoup plus rapide à assurer de l'autre côté de l'Atlantique que chez nous. Mais s'ils ont pensé à la déco, au style, à la communication, ils ont le plus souvent négligé l'essentiel : l'exploitation... En mettant en place un 'manager', jeune, dynamique, branché, plutôt beau garçon, et en recrutant une volée de nymphettes, pour porter les assiettes, ils ont oublié qu'il fallait leur donner un objectif de rentabilisation de l'exploitation, et qu'il fallait former et motiver les équipes, pour qu'elles prennent soin des clients, tout en respectant des ratios. Si l'effet de mode peut dans les premiers temps remplir un endroit dont tout le monde parle, il peut aussi rapidement vider le même endroit quand les clients, à leur première visite, n'ont pas été satisfaits. Et les sommes englouties en déco et en communication seront alors perdues à jamais... Tout simplement parce que la restauration est un métier beaucoup plus difficile que ceux qui ne l'ont jamais pratiqué ne l'imaginent.
PAF zzz80

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum de L'Hôtellerie

Rechercher un article : Cliquez ici

L'Hôtellerie n° 2780 Hebdo 1er Août 2002 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration