×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

ACTUALITÉ

Règlements de comptes internationaux à Strasbourg

ACCOR, CIBLE DES ANTIMONDIALISTES

En marge d'un rassemblement international visant à dénoncer de multiples aspects de la politique de l'Union européenne, des manifestants s'en sont pris à 5 hôtels strasbourgeois du groupe Accor. Ils voulaient ainsi affirmer leur solidarité avec des femmes de chambre en conflit dans la région parisienne avec Arcade, entreprise sous-traitante du groupe.

Des petits groupes d'individus cagoulés ont fait irruption dans les halls de 3 hôtels Ibis et de 2 Mercure à Strasbourg. En quelques minutes, ils ont couvert les murs d'inscriptions, cassé divers objets et lancé des tracts dénonçant les conditions de vie et de travail des femmes de ménage émigrées employées en région parisienne par Arcade, entreprise sous-traitante du groupe.
Ces incidents se sont produits lundi 22 juillet, en marge d'un rassemblement international baptisé 'No Border' (sans frontières) qui, durant une semaine, a multiplié manifestations et colloques contre les politiques de l'Union européenne en matière d'émigration et de police. La chaîne hôtelière n'a pas constitué la seule cible d'une partie des manifestants qui s'en sont aussi pris à des édifices publics et à des banques. "Nous ne sommes pas des syndicalistes limités à des préoccupations corporatistes, mais des 'mondialistes'. Nous dénonçons une mondialisation construite sur le dos des plus pauvres. Le groupe Accor, comme les banques, profitent directement ou indirectement de travailleuses émigrées en situation difficile pour les faire travailler dans des conditions précaires", proclame un militant de No Border.

Rendez-vous au ministère de l'Intérieur

"Il ne faudrait pas que la profession soit prise entre deux feux, à la fois cible des contestataires et des voyous, et considérée comme un bouc émissaire par les autorités pour les problèmes d'alcoolisme et de drogue", affirme Jean-Louis Clauss.
Le président des professionnels du Bas-Rhin sera reçu à l'automne au ministère de l'Intérieur. "Les responsabilités des professionnels doivent être mieux définies sans que les cafetiers et les exploitants des établissements de nuit soient considérés comme responsables de l'alcool au volant et des trafics de drogue que l'on retrouve partout", explique Jean-Louis Clauss. Outre les problèmes d'insécurité, le président alsacien compte aborder les conséquences possibles du taux d'alcoolémie 0, et les effets négatifs de trop fréquentes descentes de police dans les établissements de nuit. zzz16

Des avis partagés
De son côté, le groupe Accor qui a porté plainte, rétorque : "Nous sommes victimes de la réputation de notre groupe international. Nos établissements strasbourgeois ont été visés à tort, car il n'y a aucun conflit social. Nos agresseurs faisaient allusion à un problème qui, en région parisienne, oppose l'un de nos sous-traitants, Arcade, et quelques-uns de ses salariés." Le campement de No Border est implanté au pont du Rhin et regroupe environ 2 000 personnes venues principalement d'Allemagne, de Hollande, de Suisse, d'Italie et d'Espagne. Les interlocuteurs de L'Hôtellerie invoquent des principes éthiques. "Strasbourg, avec ses institutions européennes et la présence de groupes symboles du capitalisme, nous permet de mettre le doigt sur les problèmes de la société que nous contestons", affirme un militant. Il présente un campement rigoureusement organisé et calme en dépit de l'absence de toute hiérarchie apparente. Les manifestations ne constituent qu'une petite partie des multiples activités de cette étrange université d'été. La vaste palette des courants de pensée, allant de l'écologie à l'anarchisme en passant par le féminisme et la défense des minorités, empêche de cataloguer ce mouvement qui échappe à toutes les règles de la politique traditionnelle. Le mouvement compte en son sein des représentants de toutes les catégories sociales - étudiants, médecins, ouvriers et artisans - qui ne reconnaissent comme référence commune que le terme vague 'd'anticapitalistes'. En dépit des violences unanimement fustigées, cafetiers et hôteliers travaillant à proximité du campement expriment des avis nuancés. "Ce sont des jeunes polis, gentils, serviables qui réfléchissent aux problèmes de la société. Je ne suis pas d'accord avec les méthodes des plus extrémistes, mais s'ils avaient été mieux accueillis par les autorités, peut-être y aurait-il eu moins de problèmes", constate le gérant de la brasserie Le Pavillon d'Accueil. Avec 26 cambriolages en 15 ans, le cafetier subit régulièrement une autre forme de délinquance qui le choque plus que les actions perpétrées par les plus radicaux de ses voisins. La municipalité de Strasbourg qui, dès le premier jour a condamné le rassemblement, a demandé le renforcement des effectifs de CRS et demandé au préfet de prendre des arrêtés interdisant les manifestations.
O. Berthelin zzz16

Condamnations et inquiétude des responsables professionnels
Jean-Louis Clauss, président départemental du groupement professionnel des hôteliers, restaurateurs et débitants de boissons, qui sera reçu à l'automne par le ministère de l'Intérieur pour faire le point sur les problèmes d'insécurité, condamne fermement les incidents du 22 juillet : "Quelle que soit l'obédience de ceux qui les ont commis, ces actes de violence à l'égard d'hôtels sont inadmissibles et augmentent le sentiment d'insécurité des professionnels qui, pour la plupart, ne sont pas des représentants du grand capital dénoncé par les activistes." Bien que les hôteliers strasbourgeois n'aient pas enregistré de conséquences directes du rassemblement No Border sur la fréquentation de leurs établissements, ils craignent de devenir les cibles de conflits idéologiques. "La profession vit dans la crainte d'être prise pour cible sous prétexte que nous symbolisons le luxe. Nous ne pouvons admettre que l'on s'attaque à nos outils de travail et nos collaborateurs. Ce type d'actions peut avoir des conséquences négatives sur l'emploi si les clients se mettent à craindre de fréquenter nos établissements. Des agressions ne sont certes pas la manière la plus efficace de soutenir des femmes de ménage. Les conditions de travail et de rémunération chez Accor ne comptent pas parmi les plus mauvaises", remarque Jean-Louis Clauss. Le responsable hôtelier précise que depuis 1977, les salariés alsaciens sont les seuls en France à bénéficier d'un régime complémentaire maladie, et que le dialogue social ne connaît pas de conflits majeurs dans la région. "Les salariés de l'industrie hôtelière en Alsace se révèlent particulièrement souples. Notre syndicat a pu négocier sans grandes difficultés de nombreux accords de réduction du temps de travail. Seul le secteur des chaînes de la restauration rapide connaît des conflits importants", constate Philippe Louis, secrétaire général de la CFTC. "Depuis 15 ans, les conditions de travail se sont considérablement améliorées. A présent, si nous voulons fidéliser nos collaborateurs, il nous faut donner un coup de pouce significatif aux salaires", annonce Jean-Louis Clauss. Le président des professionnels alsaciens insiste sur le fait que de bonnes conditions sociales peuvent améliorer l'image de la profession, et susciter parmi les jeunes des vocations qui permettront de résoudre le problème crucial du recrutement de personnel qualifié. zzz16

Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum de L'Hôtellerie

Rechercher un article : Cliquez ici

L'Hôtellerie n° 2780 Hebdo 1er Août 2002 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration