Actualités

Actualité

Marseille

Maintenir le développement de l'activité croisières

Si de 1995 à 1998, l'activité croisières du port de Marseille a fait un bond considérable, l'année 1999 devrait être en revanche une année de stagnation. Pour que la croissance reprenne en l'an 2000, le comité régional de tourisme ajoute ses efforts à ceux du Club de la croisière de Marseille-Provence.

De 1995 à 1998, le nombre total de passagers accueillis à Marseille est passé d'à peine 20 000 à plus de 150 000. Mais, pour 1999, on s'attend à une réduction du nombre de passagers en tête de ligne (croisières au départ de la ville), qui jusque-là représentaient 40 % des voyageurs. Or ce sont eux qui amènent les retombées économiques les plus intéressantes, car ils passent souvent une ou deux nuits sur place avant d'embarquer et visitent la ville et ses abords plus que les autres.
Le tourisme de croisière est par ailleurs devenu un axe prioritaire de la politique touristique de la municipalité et de ses partenaires économiques, qu'il s'agisse du port autonome ou de la chambre de commerce et d'industrie, qui fondent beaucoup d'espoirs sur son développement. C'est d'ailleurs en ce sens qu'ils ont créé ensemble, en 1996, le Club de la croisière de Marseille-Provence.
Les efforts réalisés pour promouvoir la destination, développer l'accueil des passagers, coordonner l'action des divers opérateurs impliqués, et améliorer les installations et services portuaires, ont porté leurs fruits. Cependant l'activité croisières n'a pas atteint son équilibre financier et coûte au port plus qu'elle ne rapporte. Celui-ci estime que cet équilibre ne pourra être atteint qu'avec un trafic de 250 000 passagers, ce qui est d'ailleurs l'objectif que s'est fixé le Club de la croisière pour 2001.
La stagnation attendue pour 1999 est notamment due à la diminution du nombre des escales du Norway (ex-France). Par ailleurs, les ports de la Méditerranée, comme Barcelone qui va prochainement mettre en service une nouvelle et gigantesque gare croisières, ont de leur côté fait de gros efforts pour développer leurs infrastructures d'accueil.
Marseille doit donc mettre les bouchées doubles pour renouer avec la progression en l'an 2000.
C'est dans ce contexte que le comité régional de tourisme a décidé de s'engager plus activement aux côtés du Club de la croisière. Son objectif est de présenter, à partir des portes d'entrée que sont les ports, l'énorme gisement touristique de la région.
Du 9 au 12 mars, le CRT Provence-Alpes-Côte d'Azur participait au Seatrade Cruise Shipping de Miami qui regroupait, sur un stand de 60 m2, les ports de Marseille, Toulon et Saint-Tropez. Le Club de la croisière de Marseille en occupait la moitié.
Pour les deux années à venir, ce dernier, qui continuera de bénéficier du partenariat du CRT, focalisera plus particulièrement son action sur le développement de l'activité tête de ligne. Et compte sur la mise en service du futur terminal Léon Gourret. Il espère que cet équipement permettra de fixer de nouveaux opérateurs qui bénéficieront, affirme t-il, du port le mieux équipé et le plus performant du marché de l'Europe méditerranéenne.
L. Casagrande


L'HÔTELLERIE n° 2607 Hebdo 1er Avril 1999


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration