×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Réduction du temps de travail

Richard Coutanceau, restaurant Richard Coutanceau à La Rochelle

« Pour les 35 heures, je ne vois pas de solution,
je quitterai le métier »

« Comme je suis obligé depuis deux ans d'ouvrir 7 j/7, je donne les deux jours de congé par roulement. Mon équipe étant réduite, cet aménagement désorganise le travail et le rend moins confortable. Alors, je ne vois pas comment je pourrai m'organiser avec la RTT. Etant dans un restaurant gastronomique, je ne travaille que des matières premières brutes, il me faut beaucoup de main-d'œuvre.
Je ne pourrai pas accroître ma brigade car je ne peux pas payer plus de charges. Je ne pourrai pas augmenter les prix pour compenser, mes clients ne suivraient pas. Pour gagner des heures de travail, je ne conçois pas non plus de cesser de faire mon pain ou de sous-traiter auprès de mon mareyeur la préparation des poissons qui prend 3 heures chaque jour. Non, j'aime mon métier comme je le fais, je suis au fourneau à chaque service. Je ne supporterai pas de travailler autrement. Je ne supporterai pas non plus d'enfreindre la loi. Il ne me restera plus qu'à fermer mon restaurant. Je me tournerai peut-être vers l'enseignement.
Je ne suis pas pour l'annualisation. Siffler pour faire venir le personnel quand on en a besoin et l'expédier sans façon quand on n'en a pas besoin, si c'est ça le progrès social... Je ne tiens pas à établir ce genre de rapport avec mon personnel. La restauration c'est un métier à part. C'est un métier de passion. C'est un état d'esprit. »


« Mon équipe étant réduite, je ne vois pas comment je pourrai m'organiser ».


L'HÔTELLERIE n° 2587 Supplément Emploi 12 Novembre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration