×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Réduction du temps de travail

Témoignages

Mission impossible pour les indépendants

Les restaurateurs indépendants ne voient pas du tout comment réduire le temps de travail. C'est vraiment irréaliste. La plupart n'ont pas fait les calculs pour mesurer l'impact financier de cette loi, en tenant compte des exonérations de charges mais ils savent qu'ils ne pourront pas engager de personnel supplémentaire. Leurs conditions de travail deviendront alors totalement inconfortables. Ils devront eux-mêmes travailler encore plus. Ce qui leur paraît difficile. Certains pensent fermer leur établissement car pas question pour eux de sous-traiter certaines tâches ou de faire appel aux produits de l'agroalimentaire.
D'autres envisagent de baisser les salaires en engageant du personnel à temps partiel, d'autres encore pensent qu'il faut refuser cette loi et faire pression sur le gouvernement. Si les 39 heures deviennent obligatoires en restauration, la restauration traditionnelle, celle qui veut cuisiner des produits bruts, des produits frais, des produits du terroir et non pas des produits élaborés par l'industrie agroalimentaire tendra à disparaître. Si les 39 heures deviennent obligatoires en restauration, les salaires baisseront et les jeunes se détourneront encore plus de la restauration indépendante... Le progrès ne sera pas social.

Dossier réalisé par Bernadette Gutel et Marie Fournier

Claude Izard, L'Hostellerie du Parc à Cordes, président du groupement des restaurateurs CNRH

« Les 35 heures, c'est un scandale »

Avec les 35 heures, on est en train de créer une société où le travail n'a aucune valeur et dans laquelle on dévalorise le travail manuel. Les jeunes veulent de l'encadrement et des gens qui représentent un idéal. Tout ceci fait l'affaire du monde industriel de plus en plus robotisé. C'est un scandale. Pour m'adapter, je vais annualiser et fermer le soir pendant les quatre mois d'hiver. L'Etat sera perdant, mon CA baissera donc je paierai moins de TVA, je paierai aussi moins d'électricité... Mais ceci ne me permettra pas d'atteindre les 35 heures. Cela me permettra tout juste de régler la question des deux jours de congé hebdomadaires. Je pense que la restauration commerciale ne doit pas accepter les 35 heures. La restauration est un métier de service. 35 heures dans un métier de service n'ont rien à voir avec 35 heures dans une industrie. Il faut donc que les syndicats hôteliers, les Chambres de commerce et l'Union patronale des artisans se mobilisent pour revoir les horaires (43 heures et non 35), les congés et les coûts salariaux de cette profession. Mes salariés sont pour l'annualisation du temps de travail car ils y trouvent des compensations. Mais quand je leur parle des 35 heures, ils sourient. Ils pensent qu'une semaine de 43/44 heures,
c'est plus réaliste.


« 35 heures dans un métier de service n'ont rien à voir avec 35 heures dans une industrie. »


L'HÔTELLERIE n° 2587 Supplément Emploi 12 Novembre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration