×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Recrutement

La Closerie des Lilas

« Avant de parler salaire, les jeunes demandent quels sont les jours de repos »

L'équipe compte en moyenne 80 personnes. La Closerie des Lilas n'a pas de difficulté à fidéliser son personnel. Depuis le rachat de l'établissement, il y a trois ans, par les Siljegovic (déjà propriétaires du Café de Flore et de Chez Jenny, à Paris), 60 % sont toujours en place. Pour beaucoup, travailler à La Closerie est un moyen de valoriser son parcours professionnel.

A l'image de ce chef de rang, qui est resté ici deux ans et demi. Il venait de chez Georges Blanc et allait devenir ensuite maître d'hôtel à la Table du Gouverneur. Le recrutement sinon ? Le bouche à oreille. Comme ailleurs cependant, La Closerie connaît aussi des problèmes de recrutement. "Ce sont les postes du milieu, les commis de cuisine, chefs de partie, commis de salle, demi-chefs de rang qui nous posent le plus de problème", note Thierry Clément, directeur de salle (présent depuis trois ans). "Beaucoup de jeunes, aujourd'hui, veulent leurs soirées de libre, leur week-ends. Lors de l'entretien d'embauche, la plupart, avant de parler du salaire vous demandent quels sont les jours de repos", ajoute Jean-Jacques Caimant, directeur de La Closerie. "Dans ce métier, avant, on savait à quelle heure on commençait, mais pas à quelle heure on allait terminer..."
Interrogé sur les 35 heures, Miroslav Siljegovic est perplexe. "Prenez l'exemple du pianiste. Ses horaires seront aussi réduits et j'imagine mal la satisfaction de la clientèle quand à une heure du matin celui-ci refermera son piano pour cause de 35 heures." Comment La Closerie va-t-elle gérer ce nouveau planning ? Pas de réponse à l'heure où nous imprimons. "On peut toujours augmenter l'équipe, mais ce sera au détriment de tous. Ce n'est en effet pas parce qu'on augmentera le nombre de salariés qu'il y aura plus de clients. Les murs de l'établissement ne sont pas extensibles", ironise Jean-Jacques Caimant en pointant du doigt le mode de rémunération pratiqué dans la restauration. "Ce n'est pas 35 heures qu'attend le personnel, souligne Miroslav, mais une autre organisation du travail, monobloc, qui lui permette de consacrer plus de temps à sa vie privée. " Quant à l'application des 35 heures, Miroslav ne voit pas beaucoup de solutions. Prendre du personnel en plus, c'est augmenter le coût de la masse salariale et "nos entreprises n'ont pas le moyen de le faire. La solution pour certaines maisons sera de fermer. Or, La Closerie, par définition, par essence, ne peut pas fermer. Elle a dû fermer une seule fois en un siècle. Si elle fermait, elle deviendrait une vulgaire brasserie. Elle perdrait
son âme, son identité."

S. Soubes


L'HÔTELLERIE n° 2587 Supplément Emploi 12 Novembre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration