×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Formation

Audrey, 19 ans, serveuse

Elle a réussi son bac tout en travaillant chez Hippo

Peut-on vraiment entrer dans le métier sans expérience ? Chez Hippo, on assure une formation interne
qui s'adresse aux jeunes sans expérience. Certains d'entre eux bénéficient ainsi d'une voie à temps partiel et continuent leurs études.

Malgré son jeune âge, 19 ans depuis le 19 août, Audrey prend avec bon sens les rênes de son existence. Etre bachelière est une chose, s'engager ensuite dans la voie des études sans être convaincue par celle-ci en est une autre. Cette blondinette a donc opté pour une solution intermédiaire, qui n'est pas sans dévoiler une bonne dose de caractère.
En début d'année, notre lycéenne décide de gagner de l'argent tout en poursuivant sa terminale. Son oncle - seul lien pour elle avec le milieu de la restauration : il est barman à la Tour de Monthléry, à Paris - à qui elle se confie, lui suggère alors de frapper chez Hippo.
Hippo ? Connaît pour être passée devant. Rien de plus. Audrey avoue en effet n'être jamais entrée dans un établissement de la chaîne auparavant. C'est à la recherche d'un job adapté à son rythme scolaire qu'elle découvre le cadre rouge, noir, de bois et de plantes vertes de l'enseigne, son thème spécifique autour de la viande.
Mi-avril, la voici embauchée à temps partiel. En juin, le mois sera entièrement consacré au bac. En juillet, diplôme en poche, elle reprend du service mais cette fois à temps complet. En août, celle-ci s'accorde quelques jours de vacances mérités avant d'attaquer la rentrée. Septembre à temps complet, octobre à temps partiel en fonction des horaires de cours.
Mais la miss Dejean s'aperçoit rapidement qu'elle n'est pas faite pour la fac choisie. Elle se rend compte, comme beaucoup d'autres jeunes, qu'il lui faut un peu plus de délai pour trouver la filière qui lui convienne, pour embrasser de front une carrière. Le besoin de "mûrir", admet-elle. Le jour où nous la rencontrons, petit scoop en direct à l'Hippo des Halles, l'étudiante se donne un an pour réfléchir. Une année sabbatique en somme, au terme de laquelle elle posera les vrais jalons de sa destinée professionnelle. D'ici là, ses ambitions : devenir "hôtesse confirmée" (c'est le terme utilisé chez Hippo pour désigner une serveuse qualifiée). Et si possible, à l'Hippo des Halles.

Formation interne
Pas de conclusion hâtive, Hippo n'embauche pas à la demande, ni à la carte. En revanche, une certaine flexibilité existe et si les postulants et postulantes montrent de réelles dispositions au métier, un recrutement "modulable" est possible sous certaines conditions.
Comment cela se passe-t-il ensuite sur le terrain ? Audrey raconte : "D'abord le leader (la personne en charge de l'établissement) m'a fait faire le tour de la maison. Après cette prise de contact, il y a un programme de formation interne. On commence par débarrasser les consoles, refaire le nappage. Après, pendant une matinée, on aide en cuisine (au froid), afin de voir comment ça fonctionne. Ensuite, on amène les entrées et les desserts. Mais on n'a pas de rang à ce stade." Cette première étape de la formation interne se termine par une sorte de quizz permettant de situer le niveau de connaissance de la nouvelle serveuse.
La seconde étape porte sur les viandes. "On nous montre tous les types de viandes et on nous explique leur provenance, où elles se trouvent sur l'animal, comment guider le client quand le choix des cuissons n'est pas vraiment possible, etc." Autre quizz sur les viandes avant de servir les "planches" en salle (comprenez les grandes assiettes de viande).
Les "aspirantes hôtesses" vont alors intégrer un rang. Elles deviennent des "aspirantes hôtesses de suite" et effectuent le service sous l'œil d'une "marraine". Prise de commandes, apprentissage sur Micros, cafés... Le plus difficile, à ce stade, c'est l'utilisation de l'informatique, la prise de commande sur Micros. Audrey s'est très vite adaptée au système. A peine deux semaines lui auront été nécessaires. Le premier rang confié s'étend sur six tables. "Il faut penser à la ménagère, à changer le cendrier quand il y a trois cigarettes dedans, au pain quand il n'y en a plus..." Pas si simple quand on est au cœur du coup de feu. Clients pas forcément aimables, apporter un verre de vin ici, un deuxième café alors que l'addition s'imprime... "Il faut faire attention aux clients, prendre le temps de leur parler", ajoute Audrey. Un savoir-faire que tout le monde n'a pas d'emblée. Selon Anne-Marie Jossec, directrice de l'Hippo des Halles, il faut bien un an avant d'être vraiment rodé au rythme de ce genre. Un sacré rythme. "Mais c'est une vraie formation que nous leur offrons, une véritable expérience. Si ces jeunes le veulent, ils peuvent servir quasiment n'importe où ensuite." Quant à Audrey, elle se demande si au bout de son année de "réflexion" chez Hippo, elle ne va pas intégrer une école hôtelière. Elle y pense sérieusement. Sourire radieux sur le visage d'Anne-Marie Jossec.
S. Soubes


L'HÔTELLERIE n° 2587 Supplément Emploi 12 Novembre 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration