×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Animation

Vendée

Un Puy du Fou attractif

Excellent produit touristique, le Puy du Fou draine en saison un million de visiteurs. A l'heure ou des rumeurs courent sur l'arrivée de chaînes hôtelières, les politiques demandent aux professionnels locaux d'investir. Ces investissements se justifient-ils avec une structure qui n'ouvre que trois mois dans l'année ?

Un vent de rumeurs souffle sur le Puy du Fou. On annonce l'arrivée à proximité du site de chaînes hôtelières "spécialisées dans le chalet de montagne et l'hébergement saisonnier". Réagissant à ces informations, que par ailleurs personne ne confirme, les politiques ont prié les professionnels locaux d'investir rapidement afin d'augmenter la capacité d'hébergement aux alentours de la structure touristique. Lors d'une conférence de presse, Philippe de Villiers, président du Conseil Général de Vendée et créateur du Puy du Fou, soulignait que "les investisseurs risquent de tuer l'hôtellerie existante. Dans les trois ans qui viennent, il faut que les professionnels réagissent sinon ils courent vers la catastrophe." Pour autant, les avis divergent quant à l'accompagnement des investissements à réaliser.
Personne ne conteste les chiffres, éloquents lorsqu'il s'agit d'évoquer le succès du Puy du Fou. La saison dernière, les deux grandes attractions principales que sont la Cinéscénie (360.000 visiteurs pour 26 soirées) et le Grand Parcours
(650.000 personnes sur 113 jours d'ouverture) ont donc attiré au total un million de personnes de juin à début septembre. Composée à 95% de groupes en juin, fin août et début septembre, la clientèle est constituée à 80% de particuliers du début juillet jusqu'au 20 août.
Ce succès, vérifié chaque année, profite à toute l'économie locale, à commencer par l'hôtellerie-restauration. D'autant que le Puy du Fou, contrairement à d'autres structures touristiques du même type, ne dispose pas de son propre hébergement. Les politiques locales y sont largement opposés et selon Marietta Orgeval, responsable des réservations, "le Puy du Fou ne prévoit pas pour l'instant d'im-
planter des structures d'hébergement sur le site. Nous orientons les gens vers l'office du tourisme
." Pour se loger, les visiteurs comptent donc sur les professionnels installés sur les communes environnantes. Mais les soirs de spectacle, "il est clair que nous manquons cruellement de chambres, reconnaît Alain Laumaillé, au service du tourisme de la CCI de Vendée. Certains groupes sont hébergés à la Roche-sur-Yon et d'autres à Nantes." Situé à douze kilomètres du Puy-du-Fou, Guy Jagueneau, propriétaire de l'Hôtel de France, multiplie par deux son chiffre d'affaires en juin, juillet et août. "Je suis déjà complet pour les soirs de spectacle de 1998". Cette déferlante donne également des idées aux investisseurs. Le groupe Bénéteau par exemple a présenté l'été dernier un pavillon témoin de ses futures maisons "O'Hara" qui devraient voir le jour en 98 dans un parc résidentiel.

Ouvert 3 mois dans l'année

Ces infrastructures ne semblent donc pas suffisantes et il faudrait encore investir pour les accroître. Reste toutefois un problème de taille: le Puy du Fou attire seulement trois mois dans l'année ! Et encore, la durée moyenne d'une visite sur le Grand Parcours n'excède pas une journée. Généralement, seuls les spectateurs de la Cinéscénie, ouverte 26 jours dans l'année, résident aux alentours... Il va donc de soit, qu'en dehors de groupes privés tel Bénéteau avec ses habitations légères, il s'avère difficile pour les hôteliers indépendants d'investir dans l'agrandissement de leur établissement car, comme le souligne André Rolland, propriétaire de l'hôtel Aloë, situé à quelques kilomètres du Puy du Fou, "il faudrait trouver un moyen de couchage à amortir en trois ou quatre mois. Ce n'est pas évident." Ce dernier émettant quelques doutes quant à l'arrivée des chaînes, se demande par ailleurs si "ces rumeurs n'ont pas pour unique but de secouer les professionnels ?"

Toujours est-il que les investissements seraient sûrement moins risqués si le Puy-du-Fou allongeait sa période d'ouverture. Marietta Orgeval demeure on ne peut plus claire, "pour l'instant il n'est pas prévu d'allonger la saison du Puy du Fou." André Rolland se pose quant à lui la question des réservations d'une année sur l'autre. "Si nous louons aux TO, l'établissement sera complet, les chambres louées au prix maximal avec un repas à chaque fois. C'est plus avantageux mais il ne restera plus de place pour les particuliers, et André Rolland d'ajouter, les gens doivent faire preuve de davantage de souplesse dans leurs dates de voyage."

O. Marie


L'HÔTELLERIE n° 2573 Hebdo 6 Août 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration