×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Actualité

Maison de la France et Club Montagne

Budgets en baisse alors que les emplois augmentent

Les milieux touristiques tout comme les familles professionnelles qui y sont rattachées, notamment l'hôtellerie-restauration, s'interrogent sur la diminution des budgets dévolus à la promotion et plus particulièrement sur la mauvaise passe que traverse le Club Montagne. La tournée des popotes dans les Alpes de Mme le Ministre Michèle Demessine n'a pas dissipé les inquiétudes. Dans un budget de son secrétariat d'Etat amputé de 5%, la priorité a été donnée à la réhabilitation du parc immobilier des organismes de tourisme social (crédits doublés à 16,9 millions) et à l'élargissement de l'attribution des chèques-vacances.

Depuis Noël, le retrait de Jean-Guy Cupillard, maire de l'Alpe d'Huez et président de plusieurs associations nationales et départementales a entraîné également la mise en sommeil du Club Montagne à la tête duquel il a conduit de remarquables opérations de promotion, dont le salon "Grand Ski" à Lyon Satolas n'est pas une des moindres avec, en 1998, 300 tour-opérateurs venus de trente pays différents avec le concours appuyé d'Air France.

Du coup, Alain Galliano, le nouveau directeur de Maison de la France, voudrait profiter de cette faiblesse momentanée du Club Montagne pour définir une nouvelle politique de promotion commune en s'appuyant à la fois sur le savoir-faire spécifique du club et le réseau mondial de sa maison. Evidemment, le budget rétréci que lui a voté l'Assemblée nationale n'est pas à la hauteur des enjeux : 122 millions dont un seul consacré à la promotion des sports d'hiver, mais qui deviennent 330 millions (360 en 1997) dont dix pour la promotion de la montagne française avec, heureusement, les partenaires et les adhérents. Son but est de définir une stratégie sur trois ans, jusqu'en 2001 avec l'espoir que l'Etat ne néglige pas davantage une de ses principales exportations : le tourisme.
Les résultats sont connus : 15 milliards de recettes en devises et une contribution prépondérante à l'aménagement du territoire. Et surtout : 750.000 emplois permanents et un million d'emplois indirects. Le tourisme est une des rares branches à générer des postes nouveaux.

Cet hiver, dans les Alpes, les Italiens auront été 330.000, les Néerlandais 300.000, les Belges 310.000, les Allemands 210.000, tous en augmentation. Auxquels il faut ajouter maintenant 12.000 Russes, 43.000 Tchèques, 15.000 Polonais, 25.000 Hongrois, 15.000 Slovènes, 12.000 Slovaques et 10.000 Croates. Seuls les Japonais et les Asiatiques sont en baisse, consécutivement à la crise affectant l'Extrême-Orient.
La Maison de la France va ouvrir un bureau en Chine, à Varsovie, plus tard à Moscou, mais va fermer celui de Berlin. Les moyens manquent, les subventions diminuent mais on veut encore rester confiant.

C. Bannières


La diminution des subventions destinées à la promotion des sports d'hiver inquiète les professionnels.


L'HÔTELLERIE n° 2560 Hebdo 7 Mai 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration