×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités


EURHOTEC 98

EURHOTEC 98 à Nice

Le rendez-vous technologique des hôteliers et restaurateurs européens

Un rendez-vous incontournable pour tous les professionnels soucieux de l'évolution de la technologie dans l'hôtellerie-restauration, les 25, 26 et 27 février au Palais des Congrès Acropolis à Nice. Plus de 100 fournisseurs mais surtout trois jours de conférences qui réuniront sur ce sujet les plus grands spécialistes internationaux. L'ensemble de ces entretiens bénéfiera d'une traduction simultanée en français. Venez très nombreux. En avant-première, L'Hôtellerie vous soumet les grandes lignes de ces journées organisées par l'IHRA.


Nouvelles technologies

La France n'a pas pris de retard, simplement du recul !

Orateur d'honneur d'EURHOTEC 98, Joël de Rosnay, futurologue de renom et Directeur de la Stratégie de la Cité des sciences et de l'industrie de la Villette, ouvrira la conférence avec une intervention sur le thème «La Révolution de la communication : son impact sur l'entreprise et sur l'homme».

Dans un entretien avec L'Hôtellerie, ce chercheur qui se définit lui-même comme un «technologue humaniste» a bien voulu répondre à nos questions et évoquer en avant-première les thèmes qu'il abordera à Nice.

L'Hôtellerie :

Comment expliquer qu'en France à peine 500.000 ménages ou entreprises sont abonnés à Internet, contre 1,8 million en Angleterre, 2 millions en Allemagne et près de 15 millions en Amérique du Nord ?

Joël de Rosnay :

«S'il est vrai que certains, en France, ont pu croire qu'Internet n'était qu'un gadget qui passerait de mode, cela n'est plus le cas. Les Français sont par nature méfiants et peu enclins à «gober» les nouveautés avant qu'elles ne fassent leurs preuves. Mais maintenant ce cap est passé. Depuis quelques mois, les ventes de micro-ordinateurs et les nouveaux abonnements au Web sont montés en flèche. Le nombre de téléphones mobiles vendus en France a déjà rattrapé en un an celui des pays nordiques qui comptent parmi les plus forts taux de connexion. Il en sera de même pour Internet. La France n'avait pas pris de retard, mais simplement du recul. J'ai confiance en l'avenir technologique de notre pays.»

L'H. : En quoi Internet changera-t-il le monde dans lequel nous vivons ?

J. de R. : «Internet est un réseau de communication interactif multimedia et pour moi les réseaux de communication revêtent une très grande importance car ils changent la nature des rapports humains, la relation au travail et, en définitive, la relation à nous-mêmes.»

L'H. : Doit-on parler de changement de société ?

J. de R. : «Oui. Nous passons d'une société pyramidale, dotée d'une chaîne de commandement et de contrôle traditionnels organisés du haut vers le bas, à une société en réseau, en cellules reliées entre elles, plus inspirée des structures biologiques.»

L'H : Internet est encore très controversé en France. Pourquoi?

J. de R. : «Ce changement de société pose le problème du partage du pouvoir, lequel n'est plus clairement établi en haut de la pyramide mais devient plus partagé. Un certain nombre d'hommes politiques, de philosophes, d'industriels, de sociologues restent très attachés à cette vision traditionnelle, pyramidale, et ont du mal à penser une société en réseau.»

L'H. : Quel impact aura Internet sur le travail ?

J. de R. : «Notre société traditionnelle est fondée sur le contrat de travail, lui-même fondé sur les trois unités. L'unité de lieu d'abord, qui rassemble les gens et permet de les surveiller, ensuite celle du temps, car c'est encore la façon quantitative la plus simple de les rémunérer, et enfin, l'unité de fonction, chacun exerçant une fonction unique-secrétaire, comptable, etc. La société de l'information fait éclater ce cadre en désynchronisant le temps (l'on peut travailler en temps choisi, sur des fuseaux horaires différents etc.), en délocalisant l'espace (l'on peut travailler de chez soi, de sa voiture, du train) et enfin en dématérialisant la fonction (l'on pourra être, par exemple, cadre le matin et formateur l'après-midi). Il y aura de plus en plus de salariés libéraux qui feront plusieurs métiers et auront plusieurs employeurs. Je n'aime pas parler de télé-travail car cela traduit une vision mécaniste, mais plutôt de travail à distance qui exprime mieux la nouvelle vision multidimensionnelle du travail.»

L'H. : Qu'apporte le commerce électronique ?

J. de R. : «L'économie de marché d'aujourd'hui est fondée sur la production et la distribution d'objets manufacturés, c'est-à-dire sur la chaîne de valeur ajoutée matérielle. L'on part de produits bruts pour les transformer en produits finis. Internet, par contre, catalyse de nouveaux échanges, d'autres formes de transactions entre personnes, amplifie les flux du trafic immatériel et crée ainsi la chaîne de valeur ajoutée immatérielle. Les entreprises qui comprennent comment combiner les deux connaîtront des taux de croissance et d'emplois inégalés et seront gagnantes.»

L'H. : Quel parti en tireront l'hôtellerie et la restauration ?

J. de R. : «Grâce à Internet, les professionnels peuvent constituer des fichiers clients très détaillés. Les hôtels peuvent, par exemple, offrir une visite guidée virtuelle de leur établissement, montrer la vue que l'on a de la chambre d'hôtel ; les restaurants peuvent afficher leurs menus, proposer un catalogue de produits gastronomiques. Quant aux clients, ils chercheront à s'informer à l'avance sur leur destination touristique, sur les conditions météo qui y règnent, pour personnaliser leur visite au maximum.»

L'H. : Mais l'homme a-t-il encore sa place dans un monde dominé par les ordinateurs ?

J. de R. : «Justement, l'homme est au cœur des réseaux de communication. La personnalisation du contact va devenir la valeur clé du succès. Dans une société de plus en plus électronique, de plus en plus dématérialisée et complexe, il faudra des agents, des guides pour s'orienter. Ce que l'hôtelier ou le restaurateur pourra offrir de plus précieux sera ce service personnalisé sur mesure qui prend en compte le plus grand nombre de préférences du client. Loin d'être exclu, l'homme constitue la fonction vitale du réseau.»

Have you heard the news about Europe's one-stop hospitality technology show ? Find out more at http://www.ih-ra.com/Eurhotec98


Joël de Rosnay présentera sa perception des grandes tendances de la technologie au niveau mondial lors du discours d'inauguration d'EURHOTEC.
© Le Seuil - photo Ulf Andersen/Gamma.



L'HÔTELLERIE n° 2547 Hebdo 5 fevrier 1998

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration