Actualités


Restauration

Charente

Brasseries insulaires

Deux micro-brasseries sont nées sur les îles au large des côtes charentaises. Une bière blanche et une pour naufrageurs en sortent.

Jacques Chirac, président de la République et grand amateur de bière devant l'éternel, l'a reconnu officiellement : la Blanche de Ré est tout à fait buvable. Invité à la déguster dans un restaurant bordelais, en compagnie de l'ex-Premier ministre britannique, John Major, il l'a tellement appréciée qu'il a écrit une lettre personnelle de remerciements à son concepteur. Ce dernier, Gerhard Baumgartner, l'a affichée fièrement à la porte de sa mini-entreprise du Bois-Plage en Ré qui produit depuis moins d'un an 200 litres de Blanche tous les quinze jours. Grâce à un prospecteur, le maître brasseur vend sa bière dans quelques établissements du grand Centre-Sud-Ouest, mais également sur place à des touristes de plus en plus nombreux. Les affaires marchent bien et il envisage de doubler sa production et d'embaucher. Mais il n'ira pas au-delà, désireux de préserver le caractère artisanal d'un produit 100% naturel, exempt de tout colorant ou de conservateur.

Tout comme son alter ego planté dans le sable de l'autre grande île locale, Oléron. Jean-Luc Métayer, agriculteur de son état, s'est mis lui aussi au brassage dans sa ferme de Saint-Georges. Comme M. Baumgartner et à la même époque, pour faire une blonde assez typée, avec un arrière-goût de bière d'abbaye. 3.000 litres sont sortis de ses cuves en 96 et lui aussi la vend dans des cafés, des restaurants et en direct. Son nom est toute une histoire : la Bière des Naufrageurs... Elle rappelle l'époque où en Oléron, les bon citoyens promenaient innocemment et nuitamment des vaches avec une lanterne entre les cornes, histoire d'égarer les bateaux sur les rochers avant de les piller. En tout cas, on trouve le breuvage dans certaines enclaves parisiennes où l'on sait boire la bonne bière. Parmi les 40.000 marques de bières brassées à travers le monde et leur 1,24 milliard d'hectolitres, les Blanches ou blondes de la Charente-Maritime ont un délicieux parfum de vent du large.

J.-P. Gourvest



L'HÔTELLERIE n° 2511 Hebdo 22 mai 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration