Actualités


Anticiper

Que ce soit sur le plan économique, syndical ou politique, l'adaptation semble être une des formules maîtresses des responsables politiques et professionnels. Toutes les mesures prises aujourd'hui sont présentées sous couvert d'adaptation à la société, à un marché, à la mondialisation. Une attitude qui laisse à penser que, malheureusement, notre mécanisme de réflexion n'est capable que de réaction et pas vraiment d'action. En effet, attendre que les autres décident de changer, attendre que ces changements aient un effet sur l'environnement économique pour daigner chercher à comprendre ce qui a changé et déterminer alors les conséquences sur son milieu pour se dire qu'il faut réagir et dès lors s'adapter à cette nouvelle situation imposée, c'est choisir de rester à la traîne et c'est accepter de ne jamais être en phase avec son environnement. C'est préférer éternellement se plaindre du présent en prenant pour seule référence le passé, en se refusant d'envisager réellement l'avenir. Et c'est catastrophique de ne subir son environnement qu'en terme de contraintes et de n'être capable que d'une action défensive, alors qu'il faudrait qu'elle soit prospective.

Il semble bien que les politiques comme les instances patronales soient aujourd'hui résignés à cette situation, la culture des syndicats professionnels confinant les élus dans un unique discours revendicatif limité au seul besoin de résolution d'un problème urgent et immédiat. Il serait sûrement utile que les mentalités changent et que les leaders tant politiques que syndicaux soient à même aujourd'hui de mener une action volontaire, offensive et avoir enfin une culture d'anticipation pour projeter dans l'avenir notre société, les entreprises. Etre moteur au sein de son secteur devrait être pour tous les chefs d'entreprises une motivation forte. Seule la combinaison d'une action offensive à une action défensive permettra au secteur des CHR d'entrer dans le troisième millénaire dans de bonnes conditions. Se donner les moyens d'anticiper pour mieux maîtriser son avenir, pour avoir une plus grande liberté de ses choix devrait être la ligne de conduite des dirigeants, tant politiques que socio-économiques, qui devraient prendre plus de plaisir à agir qu'à réagir.

P.A.F.



L'HÔTELLERIE n° 2510 Hebdo 15 mai 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration