Actualités


Hébergement

Rhône-Alpes 96/95

Stabilité générale, baisse en 1 étoile

Les études de l'INSEE/Rhône-Alpes sont toujours riches d'enseignements. Ainsi, le bilan 1996 permet-il de faire un tour d'horizon complet des fréquentations hôtelières, département par département et des évolutions d'une année

Curiosité : pour Rhône-Alpes et toutes catégories d'hôtels confondues (de 1 à 4 étoiles Luxe), on retrouve le même taux d'occupation en 1995 et 1996 : 46,7% avec toutefois, en données brutes, un nombre de nuitées légèrement en baisse :14.771.530 en 1996 contre 14.826.636 en 1995 (recalculées à champ constant : 15.164.028 nuitées en 95).

Le phénomène le plus flagrant est une perte de nuitées pour les hôtels 1 étoile, que l'on raisonne pour 1995 en fonction des données brutes ou des données recalculées à champ constant. Dans le premier cas, on varie de
- 33% (Ardèche), - 27% (Haute-Savoie) et
- 26% (Ain) à 0% (Drôme) et - 10% (Savoie). Dans le second de - 15% (Isère) et - 11% (Haute-Savoie) à - 1% (Drôme), - 2% (Ain) et - 3% (Loire). Pour Rhône-Alpes, dans son ensemble, on est dans cette catégorie à - 19% dans le premier cas et - 8% dans le second.

Pour le reste, pas de chutes spectaculaires. Mais pour 1996 les TO ont des difficultés à se hisser au-dessus des 50% (2 étoiles dans le Rhône ; 3 étoiles dans l'Isère, le Rhône et la Savoie ; 4 étoiles dans le Rhône, la Savoie et la Haute-Savoie). Et au global, seule la catégorie 4 étoiles (pourtant en baisse sur 1995), dépasse cette barrière de 3,1 points.

J.-F. Mesplède

Taux d'occupation et nuitées 1996/1995 (en données brutes)

Ain

On atteint péniblement les 45% de TO en 2 étoiles et à peine plus de 46% en 3 étoiles. Baisse sensible du nombre de nuitées en
1 étoile.

1 étoile : 37,7% de TO - 112.365 nuitées (33,3% - 152.870)

2 étoiles : 45,1% de TO - 579.925 nuitées (41,6% - 550.054)

3 étoiles : 40,4% de TO -129.669 nuitées (41,2% - 130.654)

4 étoiles : 46,3% de TO - 62.661 nuitées (48% - 58.933)

Total : 43,4% de TO - 884.620 nuitées (40,2% - 892.611)

Ardèche

Baisse dans tous les secteurs et perte globale de prÈs de 2 points largement sous le seuil des 35%.

1 étoile : 21, 5% - 56.719 (21,9% - 85.121)

2 étoiles : 33,9% - 296.863 (37,5% - 336.518)

3 et 4 étoiles : 40,2% - 85.517 (44,7% - 88.701)

Total : 32,4% - 439.099 (34,3% - 510.340)

Drôme

Encore des chiffres en baisse avec une perte de presque 3 points. Maintien en 1 et 3/4 étoiles.

1 étoile : 31,7% - 73.166 (31,4% - 73.124)

2 étoiles : 44,8% - 622.335 (48,7% - 686.193)

3 et 4 étoiles : 48,8% - 200.642 (49,2% - 200.387)

Total : 43,9% - 896.143 (46,7% - 959.704)

Isère

Le TO global est en baisse, mais la perte est surtout sensible en
1 étoile. Stabilité dans les autres catégories.

1 étoile : 33,9% - 111.940 (38,6% - 133.282)

2 étoiles : 44,1% - 1.194.121 (45,5% - 1.192.193)

3 étoiles : 51,5% - 560.972 (50,8% - 521.800)

4 étoiles : 48,2% - 67.877 (48,6% - 75.965)

Total : 45,4% - 1.934.910 (46,3% - 1.923.240)

Loire

Encore des TO trÈs bas, sous les 45%. Hausse en 2 étoiles, mais baisse en 3 et 4 étoiles.

1 étoile : 38,6% - 23.566 (37,2% - 28.763)

2 étoiles : 41,5% - 298.338 (40,2% - 282.657)

3 et 4 étoiles : 47,7% - 126.629 (49,5% - 136.690)

Total : 42,9% - 448.533 (42,3% - 448.110)

Rhône

Comme dans beaucoup d'autres départements, perte sensible de nuitées en 1 étoile. Pour le reste, stabilité ou hausse. Le TO global passe enfin le cap des 52%.

1 étoile : 42,9% - 173.954 (41,7% - 199.858)

2 étoiles : 54% - 1.631.824 (49,7% - 1.557.705)

3 étoiles : 50,7% - 868.017 (49,6% - 825.695)

4 étoiles et Luxe : 53,8% - 371.804 (55,5% - 367.841)

Total : 52,2% - 3.045.599 (49,7% - 2.951.099)

Savoie

Stabilité quasi-générale du TO, mais perte sensible de nuitées en
1 étoile.

1 étoile : 39,5% - 194.362 (41,2% - 216.333)

2 étoiles : 46,6% - 1.686.464 (46,8% - 1.609.075)

3 étoiles : 52,9% - 1.176.145 (52,8% - 1.036.842)

4 étoiles : 55,2% - 233.915 (56,6% - 238.237)

Total : 48,5% - 3.290.886 (48,7% - 3.100.487)

Haute-Savoie

Les chiffres chutent sensiblement en TO et en nuitées. Effondrement en 1 étoile et plus de 2 points de perte de TO.

1 étoile : 30,9% - 229.677 (34,9% - 313.208)

2 étoiles : 46,3% - 2.289.845 (48% - 2.363.840)

3 étoiles : 47,8% - 1.101.257 (51% - 1.143.812)

4 étoiles : 54,8% - 210.961 (59,2% - 222.285)

Total : 45,8% - 3.831.740 (48% - 4.043.145)

Rhône-Alpes

On reste globalement sur une certaine stabilité pour les TO. La perte de nuitées est particuliÈrement sensible en 1 étoile... alors que le gain est visible en 3 étoiles.

1 étoile : 35,1% - 975.749 (35,7% - 1.202.559)

2 étoiles : 46,5% - 8.599.715 (46,5% - 8.578.235)

3 étoiles : 49,8% - 4.230.590 (50,3% - 4.055.977)

4 étoiles et Luxe : 53,1% - 965.476 (55% - 991.866)

Total : 46,7% - 14.771.530 (46,7% - 14.826.636)

Source : INSEE Rhône/Alpes


Rodez

Le «Saint-Cyrice Etoile» devient une annexe psychiatrique...

Ce qui devait être un hôtel 2 étoiles, dans le cadre de la réhabilitation du quartier Saint-Cyrice, à Rodez (Aveyron), va devenir une annexe psychiatrique. L'hôpital spécialisé Sainte-Marie de Cayssiols vient en effet de se porter acquéreur de l'immeuble, construit il y a trois ans par la SEERI et entièrement équipé. «L'hôtel» abritera une clinique de soins légers de 40 lits pour des courts séjours. Une installation qui pourrait entraîner la création de 40 emplois et ne nécessiter que très peu de transformations.

La construction du «Saint-Cyrice Etoile» avait coûté quelque
14 MF. Chiffre que le promoteur avait dû revoir à la baisse pour tenter de trouver, en vain, un acheteur dans le secteur hôtelier.

L'arrivée de cette annexe psychiatrique a reçu un accueil favorable des riverains. Les commerçants, notamment, comptent sur les retombées économiques avec le passage de nombreuses familles de malades, clients potentiels du quartier.

J.-C. Cougoule

Le «Saint-Cyrice Etoile», construit pour être un hôtel, n'avait pu trouver d'acquéreur dans la profession. L'arrivée d'une annexe psychiatrique lui redonne un avenir.


Var

Nouvelle formule pour le «Passeport privilège»

Pour sa troisième édition, le «Passeport privilège» du groupement hôtelier Estérel-Côte d'Azur change de formule. En plus des services gratuits, il permettra cette année d'obtenir des réductions dans certains commerces.

L'édition 1997 du «Passeport privilège», à la fois guide touristique et carte de réduction éditée par les onze hôtels du groupement Estérel-Côte d'Azur, change de formule. «Nous préparons une édition moins luxueuse à la mise en page plus claire», assure Jean-Michel Frélastre, responsable tourisme à la CCI de Saint-Raphaël, un des concepteurs du produit. Toujours distribué dans les hôtels du groupement, le «Passeport», accompagné de la «Carte privilège», change dans la forme, mais aussi dans le fond. Lancé en 1995 par le groupement Estérel-Côte d'Azur, il est alors conçu comme un produit de bienvenue permettant de lier les professionnels de l'hébergement aux autres prestataires de services. «C'est-à-dire, continue Jean-Michel Frélastre, que plutôt que d'offrir des réductions, ce qui ne nous paraissait pas alors très valorisant, nous avons négocié des conditions privilégiées avec une trentaine de prestataires de services, dans le but de faire bénéficier les touristes de services plus ou de cadeaux de bienvenue.» Ainsi, les détenteurs de la carte ont droit à un soda gratuit sur certaines plages privées ou à une première séance gratuite dans un club de gymnastique.

50.000 F par an

Mais cette année, le groupement et la CCI, encouragés par des commerçants désireux de participer à l'opération, ont décidé d'inclure des bons de réduction dans leur produit. Parmi les premiers participants, une librairie et des magasins de vêtements. Jean-Michel Chezalviel, président du groupement, compte aussi sur des parfumeries, photographes, produits provençaux, etc. Les partenaires des deux premières années se portent tous volontaires pour la nouvelle édition, même si les retours exacts n'ont pas été comptabilisés. En fait, pour les commerçants partenaires, l'opération est pratiquement gratuite. Les onze hôteliers 2 et 3 étoiles du groupement -en tout 450 chambres- se partagent aujourd'hui les 50.000 francs de coût de production du passeport, après avoir été aidés, les premières années, par la région, l'Etat et la CCI, qui n'apportent plus aujourd'hui qu'une aide technique. La publication est fixée au 1er mai. Les concepteurs ont déjà des idées pour l'édition 1998 et pensent y inclure des descriptions de circuits touristiques en voiture.

E. Millot



L'HÔTELLERIE n° 2499 HEBDO 27 fevrier 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration