Actualités


Conjoncture

Futuroscope

Privatisation annoncée en 97

René Monory est en quête d'un exploitant privé. L'Hôtellerie l'avait déjà suggéré dans une précédente édition, mais le président du Sénat ne dément plus désormais les rumeurs circulant dans la presse locale et nationale, confirmant ses consultations avec de futurs acheteurs. Sur les rangs, la Générale des Eaux, le groupe Chargeurs, pour ne citer que les plus sérieux, pour un projet qui attire bien des convoitises.

Avec un CA prévisionnel pour 96 de 430 MF (en hausse de 7%), un résultat net de 24 MF (en hausse de 25%) et une espérance de 4 millions de visiteurs par an pour l'an 2000, l'affaire est bonne. En prime, le parc investira 52 MF en 1997 dans de nouvelles attractions, afin d'attirer encore plus les chalands, qui, en regard du nombre de pavillons proposés sont de plus en plus portés à s'héberger deux jours consécutifs sur le site, ce qui renforce la demande hôtelière. A noter que seule la gestion serait confiée à un exploitant, prenant la place de la SEM départementale, la formule juridique de cette privatisation n'était pas pour le moment précisée. Mais de toute façon, les terrains et les aménagements resteront la propriété de la Vienne, ainsi que l'ensemble du second site touristique payant de France qui fêtera d'ailleurs au printemps prochain ses dix ans d'existence. Une existence due à la volonté et au génie de René Monory, sur un projet qui laissait en son temps bien des sceptiques et qui vient d'accueillir en 96 plus de 2,8 millions de visiteurs. La somme annoncée pour la transaction doit laisser rêveurs et envieux les détracteurs du Futuroscope : 1 milliard de francs au minimum, qui iraient tout droit dans les caisses du département et dont les donateurs se pressent déjà en foule aux guichets.

J.-P. Gourvest



L'HÔTELLERIE n° 2494 Hebdo 23 janvier 1997


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration