×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Édito du magazine du 4-10-2012 : "Trop, c'est trop"

Vie professionnelle - mercredi 3 octobre 2012 15:10
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Du gel du barème de l'impôt sur le revenu à la suppression des prélèvements libératoires sur les revenus du capital, en passant par la limitation de la déductibilité des frais d'emploi à domicile ou la création d'une tranche d'imposition sur le revenu à 45 %, le contribuable français va devoir réviser à la baisse son mode de consommation.

D'autant que les fameuses classes moyennes (en gros, presque tout le monde), courtisées par les hommes politiques comme jamais, ont déjà été lourdement pénalisées avant l'été par la suppression de l'exonération fiscale des heures supplémentaires, une décision qui relevait manifestement davantage d'une manoeuvre politicienne que d'une sage mesure de gestion des finances publiques.

L'activité de la profession étant intimement liée d'un côté à la marche des affaires (ça ne s'annonce pas très bien non plus) et de l'autre à la consommation des ménages (pour leurs loisirs notamment), l'enjeu sera d'autant plus fort au cours des prochains mois.

Et puis, comme une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule - souvenez-vous de l'expression très chiraquienne selon laquelle "les emm…, ça vole toujours en escadrille !" - il se trouve que les comptes sociaux ne sont pas plus florissants que ceux de l'État. Afin de trouver 4 à 5 milliards d'euros en 2013 pour la Sécurité sociale, le Gouvernement ne manque pas d'imagination : taxe sur la bière, hausse du prix du tabac, augmentation des cotisations des commerçants et indépendants…

Bref, si l'on ose dire, la richesse nationale - déjà lourdement affectée par la dépense publique - va subir une amputation supplémentaire de 25 à 30 milliards d'euros au motif du rétablissement des comptes de l'État. La profession est loin d'être épargnée par ce train de mesures.

Et comme la volonté de maîtrise de la dépense publique risque de ne pas porter ses fruits dans un avenir immédiat, il faut déjà réfléchir au budget 2014 : et voilà la TVA remise en question. Nous aurons forcément l'occasion d'en reparler.
L. H. R.

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Matériels et équipements en CHR : faire son choix
par Jean-Gabriel du Jaiflin
Services