Actualités
Accueil > Actualités > Conjoncture

Baromètre In Extenso : des performances en baisse en septembre pour l'hôtellerie française

Conjoncture - jeudi 10 décembre 2020 17:14
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Le mois de septembre marque la fin de la remontée des indicateurs initiée depuis la mi-mai. Le faible nombre de réservations pour les mois à venir ne laisse pas envisager une reprise avant le second semestre 2021, estime le cabinet de conseil.




© GettyImages


 

Selon le baromètre des performances hôtelières publié par le cabinet de conseil In Extenso tourisme, culture et hôtellerie, l’assouplissement des restrictions sanitaires durant l’été 2020 a permis un rebond du taux d’occupation des hôtels en France, le portant à 52 % en septembre dernier. Toutefois, le RevPAR des hôtels atteint 38 € toutes catégories confondues, soit une baisse de 49 % par rapport 2019.

En cumul depuis janvier, le mois de septembre n’a fait qu’aggraver la baisse d’occupation et de prix moyen, de respectivement - 49 % et - 5 % par rapport à 2019. Les catégories d’entrée de gamme continuent de faire preuve d’une résilience plus accrue que les catégories supérieures.

Alors que le mois de septembre rime habituellement avec le retour des activités de congrès, salons et autres grands évènements, la mise en place d’un couvre-feu puis du reconfinement, même s’il était moins restrictif pour les déplacements professionnels, a provoqué des annulations en série dans les hôtels.

Le faible nombre de réservations pour les mois à venir ne laisse pas envisager une reprise avant le second semestre 2021 et repose essentiellement sur la mise en circulation d’un vaccin, estime le cabinet In Extenso. L’annulation ou le report des congrès et salons va fortement peser sur cette dernière partie d’année, notamment en région francilienne et dans certaines métropoles régionales. La reprise de l’activité est conditionnée par la levée du confinement, donc du contexte dans lequel se feront les vacances de fin d’année. Enfin, une résurgence de l’épidémie suite aux retrouvailles familiales pendant les fêtes de fin d’année pourrait affecter les vacances d’hiver.

 

  • À Paris et en Île-de-France, il n’y a pas eu le rebond de tous les indicateurs de performance. Ainsi, le RevPAR cumulé des hôtels à la fin du mois en chute de 70 % comparé à 2019, pour atteindre 40 € HT. Le taux d’occupation a atteint 25 % en septembre (contre 19 %en moyenne en juillet-août), soit une baisse de 65% en cumul depuis janvier. De plus, exception faite des hôtels de luxe et des palaces, les prix moyens par chambre louée continuent de s’effondrer. Toutes catégories confondues, le prix moyen est en recul de 14% en cumul à fin septembre 2020. La mise en place du reconfinement fin octobre laisse présager une augmentation du nombre d’hôtels fermés sur les prochains mois.

 

  • En régions, le RevPAR est de 39 € toutes catégories confondues, soit une baisse de 33 % par rapport à septembre 2019 et de 44 % en données cumulées. Le taux d’occupation de 51%, en recul de 30 %, diminue de nouveau. Il reste cependant plus élevé que celui de l’hôtellerie parisienne et azuréenne. Les prix moyens sont en diminution de 4 % sur ce mois-ci, mais sont stables en cumul depuis le début d’année.

 

  • Sur la Côte d’Azur, le taux d’occupation rechute en septembre, mois traditionnellement caractérisé par un bon mix de clientèles affaires et loisirs. Il atteint 37 % ce mois-ci, contre 85 % en septembre 2019. Seuls les hôtels super-économiques observent une hausse de leur recette moyenne par chambre louée. En cumul sur la période, le RevPAR est en diminution de 62 % par rapport à 2019, toutes catégories confondues.

 

#InExtenso



Journal & Magazine
Services