Actualités

Page d'accueil
 Sommaire
du 7 août 2008

ÉDITO

Pleureuses

Serait-ce un effet de la météo sur une grande partie du pays ? La crise des 'subprime' en Arizona ? La rengaine médiatique sur la perte du pouvoir d'achat, la rapacité des compagnies pétrolières ? Sans oublier la sinistrose autoalimentée par certains sur le devenir de la profession ?

Bref, rien ne va plus dans le monde de l'hôtellerie-restauration, dont l'avenir s'annoncerait plus que sombre.
Il est vrai que la profession est en partie responsable de cette morosité
, ne serait-ce qu'en affichant depuis des années des reculs de chiffres d'affaires dont le cumul aurait depuis longtemps conduit à la disparition de l'ensemble des établissements. Sans oublier les sempiternelles lamentations des Cassandre autoproclamées qui annoncent la prochaine fermeture de milliers d'hôtels condamnés par de doctes observateurs qui n'y ont jamais mis les pieds. Et ce n'est guère mieux pour les bistros menacés par l'interdiction de fumer, par les restrictions des ventes d'alcool et la réglementation des heures de fermeture.

Bon, malgré tout, et selon les chiffres les plus fiables, le début de la saison ne fut pas aussi calamiteux qu'on peut l'entendre ici et là, alors que les prévisions sont plus optimistes que l'an dernier pour le mois d'août.

L'enquête TNS Sofres que vient de faire réaliser l'Odit, organisme public chargé de l'observation et du développement du tourisme en France, indique que pour une forte majorité d'hôteliers - 65 % d'entre eux -, l'activité du mois de juillet a été stable, voire légèrement supérieure à celle de 2007, notamment en Île-de-France, qui garde la faveur de millions de visiteurs étrangers.

Plusieurs facteurs inciteraient donc davantage à considérer l'avenir avec confiance, tout en sachant que rien n'est jamais définitivement acquis dans un monde où la concurrence s'est exacerbée sous les effets d'une internationalisation du tourisme, des possibilités d'informations quasi illimitées d'internet, sans oublier la monnaie unique bien pratique pour comparer les prix d'un séjour en Grèce avec ceux d'un week-end sur la Côte d'Azur ou une virée au Pays basque.

En outre, et c'est un phénomène qui ne cesse de s'accentuer malgré des décennies de déclarations officielles en sens inverse, la concentration des congés sur le mois d'août se confirme, et de préférence au bord de la Méditerranée.
Là encore, pas besoin d'être un expert en tourisme pour constater que les vacanciers préfèrent les destinations ensoleillées à la belle saison que les plages du Nord dans
la brume, malgré l'émotion poétique qu'elles peuvent procurer à certains. Mais la France dispose d'atouts suffisamment diversifiés pour répondre aux attentes d'une large clientèle française et étrangère, ce que confirment d'année en année les chiffres de fréquentation, même si les dépenses ne suivent pas toujours la même courbe. Alors, bonne saison malgré les pleureuses de l'été. zzz80    
L. H.

Article suivant


Vos questions et vos remarques : Rejoignez le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article

L'Hôtellerie Restauration n° 3093 Hebdo 7 août 2008 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration