×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Page d'accueil
 Sommaire
du 2 novembre 2007
VINS

Strasbourg (67) Peu produit donc méconnu, il mérite pourtant une place de choix sur les meilleures tables.
Flora-Lyse Mbella

Représentant 2 % de la production régionale

Le muscat d'Alsace, un vin rare et délicat


Guillaume Mochel.

En vingt-cinq ans, la proportion du muscat d'Alsace est passée de 4 à 2 % de la production vinicole de la région (soit moins de 22 000 hectolitres en 2006). C'est dire la rareté de ce cépage particulier. Cette singularité est reconnaissable immédiatement car, contrairement aux autres muscats, il n'est ni doux ni liquoreux. La vérité du muscat d'Alsace est ailleurs, dans son équilibre et sa délicatesse. "Le secret, c'est sa vinification", confie le jeune et déjà renommé Guillaume Mochel, dernier du nom qui a repris l'exploitation en mai. Notre homme n'a pas encore atteint la trentaine que son vin est déjà proclamé "la Rolls des muscats" par le milieu professionnel. De fait, "En Alsace, le muscat est vinifié de la même façon que les autres cépages. En revanche, pour obtenir le muscat doux et liquoreux, les producteurs du Sud pratiquent le mutage, poursuit le vigneron. Ils rajoutent de l'alcool au début de la fermentation pour garder plus de sucre." Le muscat d'Alsace est un vin fruité, souvent servi en apéritif, mais contrairement à ses cousins de Rivesaltes ou de Frontignan, il est sec. Sur le domaine Frédéric Mochel, au nord de Strasbourg, on produit du vin depuis le XVIIe siècle et seuls 10 % de la surface sont attribués au muscat, soit un peu plus d'un hectare. "C'est un cépage difficile à cultiver et son raisin peut être capricieux. C'est pourquoi certaines années, nous ne le mettons pas en bouteille avec cette appellation précise. Il commence pourtant à être connu et, comme nous en fabriquons de plus en plus, c'est intéressant pour nous." Les Mochel commercialisent deux sortes de Muscat, l'AOC et le grand cru. "L'AOC ne doit pas trop vieillir, pas plus de trois ans. En revanche, le grand cru peut être conservé jusqu'à une vingtaine d'années. On le garde dix ans en général." Pour le servir, l'apéritif est idéal, mais le foie gras, le poisson et les Saint-Jacques l'accompagnent aussi. Il se marie aussi très bien avec des plats légèrement relevés, avec des herbes aussi comme le basilic. Il exprimera toute sa saveur dans un verre assez étroit et refermé, et servi à une température d'environ 10 à 12 °C. n zzz44f

Domaine Frédéric Mochel
67310 Traenheim
Tél. : 03 88 50 38 67
mochel.net

Article précédent - Article suivant


Vos questions et vos remarques : Rejoignez le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article

L'Hôtellerie Restauration n° 3053 Magazine 2 novembre 2007 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration