Actualités

Page d'accueil
 Sommaire
du 2 mars 2006
CONJONCTURE

168 projets ont reçu l'an passé une autorisation positive de la Commission départementale d'équipement commercial (CDEC) à travers l'Hexagone contre 152 en 2004. 60 % de ces derniers se concentrent sur les segments économiques et 2 étoiles.
Claire Cosson avec BDO MG Hôtels & Tourisme

Analyse de l'évolution des décisions CDEC en 2005

Les projets d'hôtels économiques et 2 étoiles ont le vent en poupe


L'hôtellerie séduit encore et toujours les investisseurs en France.


Accor a obtenu l'autorisation de créer un millier de chambres Etape et plus de 600 pour Ibis.

Dix ans déjà ! Depuis le 5 juillet 1996, la loi - baptisée Raffarin - règne sur l'ensemble du développement hôtelier dans l'Hexagone. Le tout en soumettant les projets de création ou d'extension d'hôtels à la Commission départementale d'équipement commercial (CDEC) dès lors que l'établissement concerné dépasse le seuil de 30 chambres en province ou 50 chambres en Île-de-France. Malgré ce dispositif mis en place à l'origine pour lutter contre la surcapacité hôtelière dont souffrait le marché français de l'époque, de nombreux établissements parviennent aujourd'hui encore à sortir de terre sur le territoire national. Et ce même si beaucoup d'investisseurs et d'opérateurs s'accordent à reconnaître que la loi Raffarin ralentit considérablement les démarches. La preuve. Selon une étude réalisée par le cabinet d'études BDO MG Hôtels & Tourisme, 182 projets hôteliers ont ainsi été soumis à la décision CDEC ou CNEC (Commission nationale d'équipement commercial) au cours de l'exercice 2005.
Un chiffre au final assez conséquent sachant que parmi ces derniers, 168 ont obtenu une autorisation positive contre 152 en 2004 (+ 10 %). En termes de chambres, le cumul des capacités autorisées a par ailleurs dépassé la barre des 9 000 chambres, soit une progression de 1 % par rapport à l'année précédente. Dans le détail, l'enquête menée par BDO MG Hôtels & Tourisme souligne le dynamisme des hôteliers indépendants en matière de création d'exploitation. Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Le volume de chambres autorisées a augmenté de 4,4 % avec 48 projets validés à comparer à 43 en 2004. Le tout représentant un parc total de 3 400 chambres (+ 8 %). S'agissant de la capacité moyenne des projets indépendants (71 chambres), l'étude note qu'elle demeure un peu inférieure à celle des réseaux intégrés (92 chambres). L'écart tend cependant à se réduire au fil du temps. Et pour cause. Les projets indépendants répondent de "façon croissante" à une logique d'investisseur, avec une capacité minimale nécessaire pour garantir la rentabilité.

9 projets d'hôtels économiques autorisés sur 10 sont portés par des chaînes
Parallèlement, les chaînes ne sont pas restées inactives. Loin s'en faut. Elles ont ainsi obtenu le feu vert pour construire 5 200 chambres en 2005. Un chiffre certes conséquent. N'empêche. Il s'inscrit en léger retrait (- 2 %) comparé au millésime 2004 et apparaît comme franchement inférieur à celui enregistré en 2003 (- 18 %). En nombre d'hôtels, 48 projets de création ont été accordés en 2005 contre 47 l'exercice antérieur.
En nombre de chambres, les données collectées par BDO MG Hôtels & Tourisme indiquent un fléchissement de 9 %. "Après analyse, cette chute s'explique en grande partie par le poids de 2 gros porteurs 4 étoiles autorisés en 2004 : les projets du Méridien La Défense et du Mövenpick Dreamcastle Disneyland", précise BDO. Au chapitre des extensions autorisées, les chaînes ont mis le paquet : 714 en 2005 contre 373 en 2004. Dans le même temps, la capacité moyenne des extensions a bondi, passant de 17 à 21 chambres. Reste à savoir maintenant quel type d'établissement les indépendants et les chaînes veulent bâtir ou agrandir. L'essentiel des autorisations a en fait porté l'an passé sur les segments économiques et 2 étoiles avec des taux respectifs de + 13 % et + 20 %. "9 projets d'hôtels économiques sur 10 sont portés par des groupes intégrés", constate BDO MG Hôtels & Tourisme. Et d'ajouter : "L'hôtellerie 0/1 étoile est un créneau sur lequel peu d'indépendants identifient des opportunités de développement (3 % des chambres autorisées."

MÉTHODOLOGIE DE L'ÉTUDE
Réalisée par le cabinet BDO MG Hôtels & Tourisme, l'étude analyse la totalité des décisions des CDEC prises pour le secteur hôtelier ou para-hôtelier entre 2003 et 2005. Les données traitées ont été collectées auprès des préfectures. La date retenue correspond à la dernière décision relative au projet (date de la décision de la CNEC en cas de recours, par exemple). Pour un dossier présenté en CDEC plusieurs fois sur la période observée (modification d'enseigne, de capacité, etc.), seule la décision la plus récente a été prise en compte.

Flambée des projets sur Toulouse
Par contre, chaînes et indépendants se répartissent équitablement les 2 651 chambres autorisées en catégorie 2 étoiles. Quant aux segments 3 et 4 étoiles, la diminution de la capacité moyenne des projets entraîne un recul sensible du volume de chambres autorisées : - 15 % pour les 3 étoiles et - 45 % pour les 4 étoiles.
Sur le plan géographique, l'étude BDO MG Hôtels & Tourisme observe une flambée des projets sur Toulouse. "La CDEC de Haute-Garonne a autorisé la création d'un millier de chambres d'hôtels dans l'agglomération toulousaine", explique le cabinet. Et de poursuivre : "Tous les types de projets sont représentés, depuis l'hôtel économique jusqu'au 4 étoiles (Radisson à Blagnac) en passant par les résidences hôtelières (300 unités ont obtenu l'aval de la CDEC." Un phénomène qui tend d'ailleurs à s'étendre un peu partout dans l'Hexagone. En témoigne l'autorisation au niveau national de 1 000 chambres de résidences hôtelières en 2005 contre 250 en 2004.
D'autres villes se sont distinguées l'année dernière telles Marseille et Bordeaux. À Marseille, 419 chambres ont ainsi reçu l'accord de la CDEC avec le projet New Hôtel du Pharo (100 chambres, 4 étoiles) et celui d'un complexe Ibis/Suitehotel (319 chambres). Du côté de Bordeaux, 343 chambres ont été autorisées dont le futur Radisson SAS Grand Hôtel. Concernant Paris, le Groupe Lucien Barrière a obtenu l'autorisation de concrétiser son projet d'hôtel 4 étoiles de 81 chambres sur les Champs-Élysées. Sans oublier 2 autres projets dans le IXe arrondissement (100 en 4 étoiles) et un Holiday Inn de 144 chambres dans le XIXe.
À noter également deux programmes ambitieux : la réhabilitation de la Citadelle de Vauban sur Belle-Île-en-Mer en 4 étoiles (79 clés) et celle de la Cour du Corbeau à Strasbourg (45 clés. 
n zzz36v

AVIS NÉGATIFS POUR 7 PROJETSS
7 projets de création ou d'extension d'hôtels ont reçu un avis négatif en 2005. Le tout représentant 354 chambres. Reste qu'à ces derniers s'ajoutent 7 autres dossiers (180 chambres) qui font actuellement l'objet d'un recours.
Parmi ces réponses défavorables, on note un parfait équilibre entre les projets émanant de chaînes et ceux proposés par des indépendants. Autre élément : les refus concernent en premier lieu les catégories économiques et 2 étoiles. Il apparaît toutefois que ces segments soient rattrapés en 2005 par les résidences hôtelières. Bon nombre de collectivités ayant du mal à appréhender ces produits.

Article précédent - Article suivant


Vos questions et vos remarques : Rejoignez le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article

L'Hôtellerie Restauration n° 2966 Magazine 2 mars 2006 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration