×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Page d'accueil
 Sommaire
du 5 octobre 2006
ÉDITO

Réussir la transmission de l'entreprise

Pour les passionnés d'histoire démographique, il ne leur a pas échappé que 2006 marque le 60e anniversaire du fameux 'baby-boom' de l'après-guerre, donc la perspective de nombreux départs à la retraite et cessations d'activité.
D'autant que depuis quelques années, l'évolution sociologique a conduit irrésistiblement à un abaissement régulier de l'âge de mise au repos, même si cette tendance ne va pas sans de lourdes conséquences sur le financement desdites retraites.
Pour les professionnels, il est évident que leur capital retraite a été constitué au cours d'une vie de labeur par le développement de leur affaire, voire de plusieurs pour les plus entreprenants d'entre eux.

Mais pour réussir pleinement le passage de la vie active aux joies du repos, il faut absolument réunir plusieurs conditions, et donc ne pas attendre le dernier moment pour préparer une transmission sans problème. Car c'est avant tout de la pérennité de l'entreprise dont il s'agit, si le pays veut conserver et développer, comme le répètent à l'envie plusieurs de nos ministres, le tissu socio-économique indispensable au maintien de l'activité sur l'ensemble du territoire.

Indubitablement, la profession fait partie de ce maillage parfois peu visible depuis notre capitale excessivement centralisatrice, alors que la reprise du café de village, la succession assurée d'une auberge campagnarde, la transmission d'un hôtel de centre-ville ou d'une brasserie animée contribuent puissamment à la consolidation d'un équilibre trop souvent mis en difficulté.

En page 10 de ce numéro, vous trouverez de précieuses indications sur la meilleure manière de passer la main, avec deux exemples volontairement choisis très éloignés l'un de l'autre : un hôtel-restaurant saisonnier au Cap-d'Agde d'un côté, un hôtel de charme à Montmartre de l'autre.
Certes, rien n'est facile, et l'intervention d'un financement externe, ne serait-il que temporaire, est bien souvent indispensable à la réussite de l'opération, sans pour autant attendre les prétendues 'aides' publiques qui n'arrivent que rarement et au compte-gouttes.

Il appartient alors au professionnel soucieux du devenir de son entreprise de bien choisir à la fois son banquier, son notaire, son repreneur et aussi son moment. Sans oublier qu'il faut parfois décider rapidement, car dans le monde contemporain, les trains ne passent jamais deux fois, mais ils vont de plus en plus vite.
L. H.
zzz80

Article suivant


Vos questions et vos remarques : Rejoignez le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article

L'Hôtellerie Restauration n° 2997 Hebdo 5 octobre 2006 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration