×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Page d'accueil
 Sommaire
du 28 septembre 2006
HÉBERGEMENT

SELON LA 29E ÉDITION DE L'ÉTUDE KPMG POUR L'INDUSTRIE HÔTELIÈRE FRANÇAISE 2005

Timide amélioration des marges bénéficiaires

Alors que la négociation sur la rémunération du temps de travail dans le secteur des CHR achoppe sur les heures d'équivalence, l'analyse des résultats d'exploitation d'un panel de 1 476 hôtels français (114 382 chambres) - allant du 0 au 4 étoiles supérieur -, menée par le cabinet KPMG, est riche d'enseignements. Ces derniers indiquent ainsi une croissance significative en 2005 de l'indicateur phare de la profession, à savoir le revenu moyen par chambre disponible (RevPAR, exprimé hors taxes, service compris). S'agissant de la catégorie 4 étoiles supérieur, celui-ci progresse globalement de 1,1 % à 220,20 E. Concernant les 4 étoiles standard, la hausse s'avère plus forte atteignant 7 % à 98,40 E. Du côté des 3 étoiles, le RevPAR affiche une amélioration de 3,9 % à 55,80 E tandis que le 2 étoiles gagne 3,8 % à 35,50 E et 4,4 % pour le 0/1 étoile à 23,60 E.
Reste que, parallèlement à ces résultats d'activité, les marges bénéficiaires de l'industrie hôtelière n'augmentent que de manière très modeste, "sans revenir à leur plus haut niveau historique de 2000". Alors qu'en 2004, les résultats bruts d'exploitation (RBE*) en valeur relative (exprimés en pourcentage du CA total) enregistraient une augmentation dans les catégories inférieures, ils se sont stabilisés ou ont fléchi légèrement en 2005 dans l'hôtellerie dite économique. À commencer par le 2 étoiles qui voit son RBE reculer de 1 point à 29,8 % du CA total hors taxes. Quant au 0/1 étoile, leur marge fait du surplace (- 0,1 point) à 37,7 %.
A contrario, les catégories supérieures, traditionnellement moins réactives aux changements conjoncturels, ont enfin bénéficié d'une reprise, qui demeure toutefois très modérée. La marge bénéficiaire des 4 étoiles supérieur s'est élevée l'an passé à 24,3 % du CA contre 31,7 % en 2002. Celle du 4 étoiles standard a crû de 1,8 point à 32 %. Les établissements 3 étoiles ont eux aussi réussi à tirer leur épingle du jeu : le RBE grimpe de 1,9 point à 33,3 %. Pas de quoi véritablement crier victoire !
C. C.
zzz36v

*RBE : Il s'agit du résultat brut découlant directement de l'exploitation avant imputation des charges fixes ou de celles résultant du coût du capital.

Résultat brut d’exploitation (RBE)
(en % du CA total, hors taxes)

Catégories

2002

2003

2004

2005

Évolution 2004-2005

4 étoiles sup.

31,7 %

23,9 %

23,4 %

24,3 %

+ 0,9 pt

4 étoiles standard

33,5 %

31,5 %

30,2 %

32,0 %

+ 1,8 pt

3 étoiles

32,7 %

30,6 %

31,4 %

33,3 %

+ 1,9 pt

2 étoiles

30,5 %

29,7 %

30,8 %

29,8 %

- 1,0 pt

0/1 étoile

36,7 %

37,4 %

37,8 %

37,7 %

- 0,1 pt

*Source : KPMG Entreprises-Stratégies Management/Tourisme-Hôtellerie-Loisirs

Article précédent - Article suivant


Vos questions et vos remarques : Rejoignez le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article

L'Hôtellerie Restauration n° 2996 Hebdo 28 septembre 2006 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration