×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

Page d'accueil
 Sommaire
du 29 juin 2006
VINS

SUR LES TABLES DE L'ÉTÉ

Des vins rosés de plus en plus appréciés

Depuis quelques années, que ce soit pour la consommation à domicile ou en restauration, la vente des vins rosés progresse. L'évolution des goûts de la clientèle, et surtout les efforts réalisés par les producteurs, explique cette demande accrue pour des vins longtemps considérés comme 'des vins passe-partout'. Grâce à ces efforts, ces vins ont leur place sur nos tables, y compris sur les plus prestigieuses.
Par Paul Brunet, auteur des sujets interactifs Le vin et les vins au restaurant et Le vin et les vins à l'étranger


De par leur diversité, les rosés permettent d'accompagner tout un repas. Dans ce cas, pourquoi se limiter à un seul ?

La législation française ne permet pas d'obtenir du vin rosé en assemblant du vin blanc et du vin rouge. Mais il en va des vins comme de la grammaire : il y a toujours une exception qui confirme la règle. C'est le cas pour les champagnes rosés qui sont obtenus, essentiellement, par assemblage de vin blanc et de vin rouge, produits dans l'aire d'appellation champagne. Les autres rosés sont élaborés à partir de raisins rouges à jus incolore ou peu coloré. On les obtient soit par 'pressurage direct' (dans ce cas, ils sont parfois appelés vins gris), soit par 'saignée de cuve'.
Pressurage direct : les vins sont obtenus sans macération. Pour ce type de vin, les raisins rouges sont vinifiés comme des raisins blancs. La coloration, peu soutenue, provient de l'éclatement des pellicules lors d'un pressurage à faible pression. Ce sont généralement des vins peu colorés avec une structure légère.
Rosés de saignée : pour les rosés de saignée, on prélève, au bout d'un certain temps de macération (2 à 20 heures environ), si possible avant tout départ en fermentation, du jus dans une cuve de raisins rouges. L'intensité de la couleur (rosé) de ce jus varie en fonction du temps de macération, de la température et des cépages utilisés. Il suffit alors de laisser ce jus, plus ou moins coloré, termi
ner sa fermentation sans contact avec les pellicules pour obtenir un vin rosé. Cette méthode permet d'obtenir des vins plus colorés, plus aromatiques et plus structurés que les 'vins gris'.

Principaux vins rosés français et étrangers
Lorsqu'on évoque les vins rosés, 2 régions et une AOC viennent tout de suite à l'esprit : la Provence, l'Anjou et l'AOC tavel. Certes, les 2 régions citées produisent de nombreux vins rosés, mais elles produisent également d'autres types de vins. Quant à tavel, contrairement à ce que l'on entend trop souvent, ce n'est pas la seule AOC française à ne produire que du rosé. Toutes les régions françaises proposent des vins rosés, certains sont très connus et se rencontrent fréquemment sur les cartes. C'est le cas des vins cités précédemment, et dans une moindre mesure, de ceux de la vallée du Rhône et de la région de Bordeaux. En revanche, d'autres sont trop souvent oubliés. En effet, en dehors de leur région de production, on trouve trop rarement les rosés du Béarn, du Beaujolais, du Bugey, des coteaux d'Aix, de Corse, du Bergeracois, du Languedoc, du Roussillon, etc. Pour certaines appellations, la production est très limitée. Ce sont pourtant des vins à faire découvrir à vos clients. Parmi eux citons les AOC marsannay, touraine noble joué, rosé des riceys, bugey cerdon, muscat de beaumes de venise rosé (qui est un VDN)… D'autre part, il ne faut pas oublier que les vins de pays, présents dans toutes les régions, offrent également une large palette de vins rosés. Ils sont souvent présentés avec le nom du ou des cépages dont ils sont issus. à ne pas négliger, surtout avec les touristes étrangers.
Certains restaurateurs n'hésitent pas à proposer sur leur carte des vins du monde. Si vous êtes dans ce cas, il existe de nombreux vins rosés étrangers parmi lesquels peuvent être cités le bardolino chiaretto (Italie), l'oeil-de-perdrix du Valais (Suisse), le schilcher (Autriche), les vins gris de Tunisie ou de Boulaouane (Maroc), les rosés de Navarre et de la Rioja (Espagne), etc. /font>

Les vins rosés et la carte des vins
La présence de vins rosés à la carte ne présente pas de difficultés particulières. Malgré cela, les erreurs sont encore fréquentes : attention à la répression des fraudes ! Sur certaines cartes figurent encore rosé de Provence, listel gris, gris de toul, noble joué rosé, saint drézery rosé… en lieu et place de côtes de Provence rosé. Listel gris, vin de pays des sables du Golfe du Lion, côtes de toul gris, touraine noble joué rosé, coteaux du languedoc saint drézery rosé…
D'autre part, pour certains vins rosés du val de Loire, il serait souhaitable de préciser le type de vin. En effet, l'AOC rosé de Loire (commune à l'Anjou et à la Touraine) ne produit que des vins secs, ce qui est également le cas pour l'AOC cabernet de Saumur. En revanche, sous l'AOC rosé d'Anjou, les vins sont demi-secs (mini 7 g de sucre résiduel par litre) et sous l'AOC cabernet d'Anjou demi-secs à moelleux (10 g/l mini).
Comme nous l'avons vu précédemment, les vins de cépages sont de plus en plus présents sur nos cartes. Là aussi, il faut être vigilant et ne pas se contenter de proposer les vins comme syrah rosé, grenache rosé, gamay rosé, merlot rosé… Ils doivent être présentés soit sous l'appellation d'origine dont ils bénéficient (ex. : touraine azay-le-rideau rosé, cépage grolleau) ou, pour les vins de pays qui mettent souvent en évidence le ou les cépages dont ils sont issus, la dénomination exacte sous laquelle ils sont commercialisés (ex. : vin du pays d'oc rosé, cépage grenache ; vin de pays des coteaux de Montélimar rosé, cépage cabernet sauvignon, etc.

Conservation et service
En règle générale, la plupart des rosés sont à boire jeunes, sur le fruit. Mais certains ont une assez bonne aptitude au vieillissement. C'est le cas de certains rosés de bandol ou tavel. C'est également le cas pour les rosés du Jura issus du cépage poulsard. Ce cépage peut donner un vin peu coloré et conserver sa couleur rosée même après une cuvaison longue (parfois jusqu'à 2 à 3 semaines) comme pour un vin rouge. C'est ce qui explique son excellente aptitude au vieillissement et la très belle robe dont il se pare avec le temps. Comme la plupart des vins blancs, les vins rosés se servent frais, jamais glacés, de 7 à 11 °C environ. Il serait souhaitable de servir les plus légers de 7 à 9 °C et certains vins plus structurés issus des AOC (bandol, tavel, arbois - issu de poulsard - de 8 à 11 °C). Le vocabulaire utilisé pour décrire un vin rosé n'est pas très différent de celui employé lors de la description des autres vins lors des phases olfactive et gustative : arôme, présence en bouche, équilibre, persistance, etc. En revanche, il n'est pas toujours évident de décrire la robe, qui constitue pourtant un des attraits des vins rosés. Selon les cépages dont ils sont issus et du temps de contact avec les pellicules, les mots suivants peuvent être utilisés : gris, rose framboise, rose orangé, rose abricot, rose saumon, pelure d'oignon… Ces appréciations sont souvent complétées par des commentaires sur les nuances et l'intensité.

Accords vins et mets
De par leur diversité, les rosés permettent d'accompagner tout un repas. Dans ce cas, pourquoi se limiter à un seul ? Par exemple : un champagne rosé brut ou un bugey cerdon à l'apéritif ; un rosé sec, léger et fruité avec les entrées (ce type de vin est présent dans toutes les régions), un rosé plus structuré avec le plat principal et le fromage (type bandol, tavel…), et enfin, un rosé demi-sec sur le dessert, surtout si ce dernier est à base de fruits rouges (champagne rosé demi-sec, rosé d'Anjou ou cabernet d'Anjou…).
Nos amis vignerons font des efforts louables pour nous offrir des vins rosés qui répondent parfaitement aux attentes de nos clients : fraîcheur, diversité, bon rapport qualité-prix. Pour eux, les meilleurs prescripteurs sont et resteront les restaurateurs. Ce sont eux qui sont les mieux placés pour expliquer aux clients que si le monde du vin évolue, celui des vins rosés n'est pas en reste. zzz46f

Article précédent - Article suivant


Vos questions et vos remarques : Rejoignez le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article

L'Hôtellerie Restauration n° 2983 Hebdo 29 juin 2006 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE


L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration